Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 16:26

Après Ile Noire et L’Ame à l’épaule (chez le même éditeur, Métailié, qui a la bonne idée de mettre en ligne les premiers chapitres), voici le troisième volet des « aventures » de  Salvo Riccobono, inspecteur anti-mafia à Palerme, amateur de rugby et de littérature, trois traits que partage justement son géniteur, Piergiorgio Di Cara.


Salvo, menacé par la mafia, est muté en Calabre, au sein d’un commissariat routinier où il découvre avec surprise qu’aucune enquête en cours ne concerne la ‘Ndrangheta, la mafia locale, et que ses collègues se cantonnent aux affaires mineures – petits trafics, braquages… Une enquête anodine va pourtant les confronter à la puissante organisation.
Di Cara connait bien son sujet ; il décortique les arcanes de l’enquête policière, la vie quotidienne et l’atmosphère d’un commissariat, les différences structurelles entre Cosa Nostra et la ‘Ndrangheta… Ses observations, ses descriptions donnent à son récit une sorte d’hyper-réalisme.

Mais le plus intéressant dans ce roman est sûrement la figure de l’inspecteur. Non, ce n’est pas le super-héros sans peurs et sans reproches, prêt à affronter le danger menton haut et poitrine offerte. Notre homme est à la dérive, hanté par l’attentat dont il fut victime, trouvant un réconfort passager dans l’alcool ou le sexe éphémère. Il tente de se soustraire à lui-même. Et sa détermination, son courage, son indignation devant la corruption et la violence n’ont d’égal que sa peur, latente, et sa fragilité.
Vous en connaissez beaucoup des polars, où le « héros » chie de trouille avant une intervention ?
Pour finir, on aurait aimé un polar un peu plus dense, avec peut-être moins d’envolées lyriques (le début du roman est un peu verbeux à mon goût), mais Verre froid n’en est pas moins un très bon polar, bien construit et qui dévoile crûment la réalité mafieuse, impitoyable, hyper-violente, cruelle, débarrassée de ses habituels atours romantiques.


Verre froid
/
Piergiorgio Di Cara (trad. de l'italien par Serge Quadruppani. Métailié Noir, 2007)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans italie
commenter cet article

commentaires

dasola 12/06/2008 15:17

Bonjour, je l'ai lu aussi. Ce n'est pas mal mais j'ai trouvé un peu décousu. Je ne suis pas sûre d'avoir forcément tout compris. Mais le ton est très original. Je recommande malgré tout.

Rechercher