Dimanche 17 février 7 17 /02 /Fév 11:00

Un maniaque qui kidnappe et torture des enfants.
Un flic intuitif, taciturne, hanté par son passé
Une ambiance urbaine crépusculaire…

Voilà quelques ingrédients du roman de Mark Henshaw et John Clanchy, qui avaient déjà mis en scène l’inspecteur Salomon Glass dans Si Dieu dort.
Du « réchauffé », me direz-vous, la vieille recette d’un énième « trileur » calibré, compassé, commun, encore alourdi par des personnages caricaturaux.

Et pourtant…
Alors que le « thriller psychologique » devient un argument marketing bien souvent galvaudé, ce tandem d’auteurs parvient à transcender les poncifs du genre, sans surenchère morbide, pour nous livrer un polar redoutable, à l'atmosphère lourde, hypnotique, exerçant sur le lecteur une véritable emprise .



OmbreChute.jpg Amy Gardner, neuf ans, a été enlevée. Ses parents reçoivent bientôt une boite contenant... sa lèvre inférieure. L’inspecteur Glass s’y attendait : en neuf mois, c'est le quatrième cas de ce genre. A chaque fois, le ravisseur mutile sa victime et propose un marché à la mère : sa vie contre celle de son enfant. Deux d'entre elles se sont déjà suicidées.
Bientôt Salomon Glass découvre qu’il fait lui aussi partie du jeu.


Le personnage de l’inspecteur Glass est particulièrement réussi. Il s’agit d’un être mystérieux, au charme ambigu, à l’égard duquel ses collègues éprouvent une fascination mêlée d‘une certaine appréhension. Un homme habitué à la présence des démons et qui dissimule des abîmes de noirceur et de mélancolie. Un flic saturnien… dont l’enquête s’apparente à une quête métaphysique..



Si le suspense, savamment distillé, est au rendez-vous, c’est la subtile trame psychologique qui donne à ce roman sa force et son originalité.
L’art de l’ellipse, le style épuré, jamais démonstratif du récit nous entraînent jusqu’aux tréfonds de la psyché humaine, acculant le lecteur contre ses propres barrières morales et le confrontant à son voyeurisme latent.

Si les deux auteurs sont australiens, l’intrigue se déroule dans une ville américaine, non nommée, un lieu anonyme, poisseux, qui rajoute encore au malaise et à la force d’attraction qu’exerce le roman.

Bref, une réussite que ce roman, susceptible de plaire aux amateurs les plus exigeants comme au grand public. Une petite musique inquiétante, entêtante, qui résonne bien après le roman achevé.

 

L’ombre de la chute / Mark Henshaw & John Clanchy (And hope to die, trad. de l'anglais (Australie) par Aurélie Tronchet. Bourgois, 2008)  

Par jeanjean - Publié dans : océanie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Rechercher

index auteurs

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés