Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 23:03

"Après Le Silences des Agneaux, après Seven, après Saw, Un sur deux". Rien que ça...
La 4ème de couverture est un vrai catalogue de louanges, toutes plus dithyrambiques les unes que les autres. Presque agaçant à force... D'ailleurs, j'ai plutôt tendance à me méfier de ce type de bouquin, Celui que TouleMonde a Adoré, et qui vous le râbache bien. 
Sauf qu'après avoir pioché quelques bonnes critiques ici et là, je me laisse tenter... Un bon thriller, me dis-je, peut-être pas très innovant mais efficace, comme on dit.


1sur2.jpgEt dans l'ensemble, le roman remplit plutôt bien son office, malgré quelques longueurs et un style parfois trop démonstratif, l'auteur nous tirant par le bras et pointant du doigt ce qu'il vient déjà de suggérer.
Des maladresses inhérentes à un premier roman, qui ne portent guère à conséquence pourvu qu'on puisse y trouver un peu de distraction, à travers une histoire pas franchement originale (un flic rejoint l'équipe du légendaire inspecteur John Mercer, tous ensemble ils vont traquer un dangereux psychopathe) mais "haletante" (comme on dit, encore une fois), où l'auteur joue avec nos nerfs jusqu'à la dernière ligne.


Mais voilà, si on se laisse porter plutôt volontiers par l'intrigue, le rebondissement final est parfaitement superflu, et gâche complètement le dénouement. C'est comme le maquillage, à force d'en rajouter, ça fait vulgaire... 
Sans compter les quelques incohérences qui émaillent le récit, notamment ce chapitre entier - intitulé Charlie, environ à la moitié du récit -, un élément que vous retournez dans tous les sens sans pouvoir l'assembler à la mécanique de l'enquête ni même lui donner une quelconque signification !


Au final, Un sur deux est un thriller très moyen, où l'intensité dramatique s'ankylose au fil du récit et qui n'échappe pas aux poncifs du genre (le profiler empathique n'est pas sans rappeler certaines séries télévisées plutôt médiocres). 
Une fois reconstitué, ce polar-puzzle ne laisse apparaitre qu'un motif plat, sans relief, académique comme une carte postale. Dommage, car l'imagination de l'auteur et la construction du récit (en forme de compte-à-rebours, ce qui crée une tension supplémentaire) sont des signes encourageants... Promesses tenues dans le... prochain roman ? 


Un sur deux
/ Steve Mosby (trad. de l'anglais par Etienne Menanteau. Sonatine éditions, 2008)

Sonatine éditions est un nouveau venu dans le paysage éditorial"Baptisée ainsi en hommage à la forme musicale douce de la sonate et aux films de yakuzas, Sonatine éditions a pour ambition de tenir ce paradoxe fondateur et de concilier à travers sa production éditoriale culture et contre-culture, courants continus et alternatifs."  Leur catalogue - une majorité de traductions - s'oriente particulièrement vers le polar et le cinéma, à travers romans, beaux-livres, documents... 

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans grande-bretagne
commenter cet article

commentaires

Irène Aché 08/10/2011 20:26


Je me permet de vous signaler que le verbe s'ankyloser
s'écrit avec un a


jeanjean 08/10/2011 22:23



Maintenant que vous le dites, c'est vrai que ça pique les yeux, écrit comme ça. Corrigé.



fred 17/03/2011 14:02


Bonjour,

Comme promis dans mon message ci-dessus, après l’avoir fini je viens parler du second livre de Steve Mosby « Ceux qu’on aime ».
Pour commencer ceux qui n’ont pas aimé le premier passer votre chemin, celui-ci ne vous plaira probablement pas non plus.

Pour ma part « un sur deux » a été une agréable surprise alors que « ceux qu’on aime » est juste banal.
Pour commencer l’histoire met près de 200 pages (sur 398) à démarrer réellement, on en vient même a penser qu’on est en train de lire un livre de Marc Levy tellement l’histoire est axé sur la vie
personnelle/ sentimentale du protagoniste.
Second point négatif, a l’instar de « un sur deux » ici la fin n’est pas si surprenante que ca.

Malgré ces reproches, j’ai quand même bien aime ce livre. Difficile de dire ce qu’il m’a plus, peut être l’écriture de Steve Mosby qui se lit facilement ? Peut être le personnage central qui est
attachant ? Je ne sais toujours pas.

Pour résumer « ceux qu’on aime » n’arrive pas a la cheville de « un sur deux » mais reste tout de même un livre que j’ai pris plaisir à lire et que je conseillerai si vous n’avez pas d’idées de
lecture pour le moment.


jeanjean 18/03/2011 09:41



Salut,
merci pour cet avis, et je me passerai donc de ce second opus. Plus généralement, par rapport à ce type de thriller/serial killer : peut-être que je les choisis mal, mais je n'arrive pas à
trouver de bouquin qui me fasse oublier le Dragon rouge de Harris. A part un ou deux (dont L'ombre de la chute de Henshaw et Clanchy, je te le conseille), j'ai l'impression
de lire des copies.



fred 11/11/2010 14:28


Non je ne l’ai pas encore lu, je te cache pas que j’ai lu celui-ci parce qu’on me l’avait offert.
Vu que j’ai bien aimé le premier je vais surement le tenter dans peu de temps même si les critiques ne sont pas super, on verra.
En tous cas je ne manquerai pas de repasser par ton blog pour te dire ce qu’il donne.


jeanjean 11/11/2010 18:45



N'hésite pas. @+



fred 10/11/2010 14:56


Bonjour,

J’ai un peu de retard sur la discussion mais je viens de finir le livre à l’ instant.

Pour ma part j’ai bien aimé, effectivement par moment l’histoire est un peu confuse mais on se laisse bien entrainé.
Seuls bémols à mon gout :
- Eillen qui est un peu inutile
- Les passages un peu trop comme les experts.

Globalement l’histoire est bien, prenante et ce coté torture psychologique, j’adore !!!

Pour ceux qui n’ont pas compris ce qui se trouvait dans l’enveloppe, il s’agit de la liste que Scott avait écrit pour Jodie: « 500 raisons de t’aimer »

Par contre une question, vous parlez d’un chapitre qui s’appelle Charlie et ca ne me dit rien. Dans ma version poche les chapitre n’ont pas de nom, avons-nous la même version ?


jeanjean 10/11/2010 20:59



Salut,
tu me poses une colle là, à propos de "Charlie"! Je n'ai plus le bouquin sous la main, mais je suis sûr que les chapitres étaient titrés dans la version grand format.
Pour le reste, disons je ne trouve pas que ce bouquin se distingue beaucoup des autres romans du même genre, et qu'une fois que l'auteur nous a crié "bouh !!!!", suivi d'un petit moment de
frayeur, il ne reste plus grand-chose.
J'ai vu qu'un deuxième était sorti, tu l'as lu ?



baltique 08/09/2009 21:52

Ben moi je l'ai adoré, la fin de m'a pas dérouté, certes , il faut accepter de lire une fin que l'on n'attend pas, mais j'ai trouvé Un sur deux génial, dans le style, dans le rythme marqué, oui, pour moi c'est un must, un indispensable...

Chez Sonatine, je ne saurai que conseiller "Au delà du mal", de shane stevens, hélas, mal imprimé et truffé de fautes d'orthographe... mais remarquable récit...

jeanjean 09/09/2009 15:44



J'ai peut-être loupé un truc, mais je garde l'impression que l'auteur en rajoute encore et encore, dans une espèce de surenchère de la terreur et du rebondissement
de dernière minute. Bon, ce n'est pas ce que je préfère, mais je note que les amateurs de thrillers ont beaucoup aimé ce bouquin.

Faudra quand même que je lise un autre truc de chez Sonatine, je verrai du côté d'Ellory dont j'ai entendu beaucoup de bien...



Rechercher