Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 18:22
Après De chair et de sang et De cendre et d'os, voici le troisième et dernier (?) volume de la série consacrée à l'ancien flic Frank Elder. Du même (gros) calibre que les précédents.

nullToujours reclus volontaire au fond de ses Cornouailles, Frank cède cette fois aux appels de son ex-femme Joanna : la soeur d'une de ses amies a disparu depuis une semaine. Presque à contrecoeur, notre ex-inspecteur rejoint Nottingham, ce qui lui donne surtout l'occasion de revoir sa fille, qui se remet lentement de l'épreuve qu'elle a traversée deux ans plus tôt, épisode relaté dans De chair et de sang (je me permet d'insister sur l'intérêt de lire ces trois romans dans l'ordre, pour comprendre d'autant mieux les rapports d'Elder avec sa fille, son ex-femme ou ses anciens collègues).
Quelques jours plus tard on retrouve la femme chez elle, allongée tranquillement sur son lit, élégamment vêtue, sans vie. Les circonstances, le soin apporté par l'assassin au corps de la victime rappellent à Elder une ancienne affaire non élucidée. Il est bientôt engagé comme consultant civil par la police et retrouve Maureen Prior, avec qui il a travaillé autrefois.

L'enquête commence, incertaine, sinueuse... On tente de trouver un lien entre les deux meurtres. Elder réinterroge d'anciens témoins, les sonde, en bon flic déductif et psychologue. Renseignements, témoignages, indices : on vérifie, on croise, on suppute, on échafaude, on re-vérifie. Des lignes apparaissent, des perspectives se dégagent, un relief se dessine, toujours indistinct.
Harvey, en véritable architecte, excelle dans la construction du récit et l'assemblage du puzzle policier, au gré d'intrigues et de récits croisés dont il a le secret.
Comme souvent chez lui, les victimes sont des femmes esseulées et certains ressorts de ce roman ne sont pas sans rappeler Coeurs solitaires.


Que le soliste soit son personnage-fétiche Resnick (qui revient apprend-on !) ou Frank Elder, la petite musique (de chambre) de John Harvey nous séduit toujours, harmonieuse et profonde. Elle nous émeut aussi, ce qui n'est pas la moindre de ses qualités.

Simplement, John Harvey compte aujourd'hui parmi les meilleurs écrivains de polar, et construit, roman après roman, une oeuvre (oui, je pèse le mot) absolument remarquable.
Sans effets de manche ni surenchère morbide.
Sans bruit ni fracas.
Si Ellroy fait dans le monumental, Crumley dans la folie douce, Sallis dans l'ellipse, en une sorte de pointillisme littéraire, Harvey, pour sa part, déroule paisiblement ses phrases, sans à-coups sans envolées, dans un style simple, presque discret.


D'ombre et de lumière / John Harvey (trad. de l'anglais par Jean-Paul Gratias. Rivages-Thriller, 2008)

PS : ...une toute récente interview de l'auteur sur Bibliosurf.

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans grande-bretagne
commenter cet article

commentaires

kristian braz 02/09/2009 18:53

Harvey est grand. Superbe langue, ne la ramène pas. Presque classique. Egalement très bien rendu en français par son traducteur

jeanjean 03/09/2009 11:01


Content de "voir" un inconditionnel de John Harvey ! Qui ne la ramène pas, comme tu dis, et il faut aussi saluer le travail de traduction, c'est vrai.


pica 19/03/2009 21:57

tout d'abord, je tiens à vous féliciter sur le travail que vous faites sur ce blog.
j'ai terminé la trilogie d'Elder avec ce dernier opus qui ne m'a pas déçu comme toujours chez harvey.

jeanjean 19/03/2009 22:29


Merci beaucoup, et une bonne nouvelle : un nouveau roman de John Harvey est prévu en mai, ce ne sera ni un Elder ni un Resnick. A suivre...


JARECKI 22/01/2009 13:31

MONSIEUR,
je viens de decouvrir sur votre site que vous faites reference au 'POINTILLISME LITTERAIRE'.
je possede le droit de ce 'TERME' dont l'exploitation est deposer sur beaucoup de supports et notament la presse et les sites internet.
je vous dois cette premiere mise en garde.
je vous demande donc de revoir votre ecrit et d'enlever ce terme dans vos propos....
merci de votre comprehension.

jeanjean 22/01/2009 14:06



"MONSIEUR",
Votre demande - non signée - m'a laissé perplexe. C'est une blague ? J'ai quand même eu la curiosité de faire une recherche internet sur les termes "pointillisme littéraire", je les ai trouvés
sur plusieurs sites. 
Vous me dites que vous possédez le droit de ce terme ?! Je serais curieux de savoir comment on s'y prend pour acheter des noms communs... Voilà qui me parait tout simplement aberrant. Comme si
vous disiez que vous étiez propriétaire des termes "cinéma figuratif" ou... "rupture tranquille" !
D'autre part, je n'apprécie pas votre façon de me "mettre en garde", je sens comme une menace diffuse qui a tendance à m'hérisser le poil.
Par conséquent, je n'enlèverai pas ce terme de mon billet. Capisce ?



PierreR 04/12/2008 21:57

Après lecture de cette article, j'ai acheté le livre. Je suis un peu déçu. J'ai trouvé qu'il ne se passait rien et que le style était plutôt plat. Bref je suis passé en dessous du charme. PS: je suis un fan de Fred Vargas (juste pour me situer).

jeanjean 04/12/2008 23:56


salut Pierre,
désolé que ce polar t'ait un peu déçu. C'est vrai que Harvey ne multiplie pas les rebondissements et que ses romans n'offrent rien de spectaculaire ou de très original, comme certains textes de
Vargas, puisque tu la cites, qui sortent vraiment de l'ordinaire, en tout cas pour ses histoires. Dommage que tu n'ais pas été sensible à son écriture, qui possède un rythme et une élégance
vraiment particuliers je trouve, mais je comprends le fait que tu puisses trouver ça "plat". Le fait d'avoir commencé par celui-là sans lire les 2 précédents - dans lesquels on fait véritablement
connaissance avec le personnage - a peut-être aussi gâché un peu ta lecture.
Si tu veux quand même essayer de lire un autre Harvey (ce qui serait une bonne idée !), essaye-en un de la série Charlie Resnick (Lumière froide ou Coeurs solitaires) pour voir...
(t'en trouveras sûrement à la bibliothèque). Peut-être que cette série-là te plaira plus. Après, le goûts et les couleurs, comme on dit... @+
PS : difficile de situer les fans de Fred Vargas !, dont je fais d'ailleurs partie. Ses polars plaisent à plein de gens différents, de l'amateur exclusif de thrillers sanglants à celui d'Agatha
Christie ou de romans noirs... Mais tu peux jeter un oeil sur les polars de Dominique Sylvain, si tu ne connais pas (chez le même éditeur d'ailleurs).


jeanjean 05/09/2008 13:05

C'est vrai, Elder ne fait pas complètement oublier Resnick, même si c'est très bon.
Je crois que c'est dans le deuxième, De cendre et d'os, qu'ils se croisent dasn un parc londonien, mais je ne suis plus très sûr... Un p'tit clin d'oeil sympa, c'est vrai.

Rechercher