Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 16:02
La famille de l'écrivain décédé en 1995 a décidé de léguer (généreusement) l'ensemble de ses manuscrits à la Bibliothèque Nationale.
Carnets de notes, dessins, correspondance, ébauches... : des archives qui devraient ouvrir de nouvelles perspectives sur l'oeuvre de Manchette et faire le bonheur des chercheurs et amateurs en tous genres.

Une autre bonne nouvelle nous vient des éditions Gallimard, qui s'apprêtent à publier les premiers cahiers de son Journal, rédigé entre 1966 et 1995 (le premier tome couvre la période 1966-1974, sortie prévue le 2 mai).


Voilà qui devrait ravir les inconditionnels de l'écrivain et nous donne l'occasion de (re)découvrir cet immense auteur trop souvent réduit au titre de "père du néo-polar".
Dix romans en dix ans. De 1971 à 1981, Jean-Patrick Manchette a publié dix romans "d'intervention sociale" qui ont contribuer à faire entrer le polar français dans la modernité. La dérive terroriste (Nada), le blues de la police (Morgue pleine) ou celui des cadres (Le petit bleu de la côte ouest)... : son oeuvre aborde de front la société contemporaine, quand elle ne met pas carrément les pieds dans le plat (L'affaire N'Gustro, en référence à l'affaire Ben Barka) !
Mais il ne faut pas réduire ces romans à leur aspect documentaire : Manchette fut d'abord un grand styliste. Epurés, imagés, se bornant aux faits et gestes dans une apparente simplicité, les romans de Manchette sont avant tout de petits bijoux littéraires.

Enfin, le plus important aujourd'hui, outre l'influence qu'il a exercé sur de nombreux auteurs, c'est que Manchette est encore et toujours lu : les rééditions successives rencontrent à chaque fois de nouveaux lecteurs, tandis que se multiplient les contrats de droits étrangers ; ses romans sont traduits en allemand, espagnol, italien, anglais, polonais, tchèque, vietnamien... !

Comment expliquer un tel succès, notamment auprès des jeunes générations ? La réponse d'Alain Dugrand, un autre "écrivain du réel" : "Parce que dans ses romans on ne s'emmerde pas. Les personnages ne prennent pas la pose devant la cheminée du salon. Le refus des sentiments et la radicalité de la phrase tranchent toujours autant avec cette littérature molle qui nous envahit à chaque rentrée littéraire. Manchette est profondément un écrivain de l'action, de la cité et de la ville. C'est pour cela qu'il restera très longtemps moderne." (Livres-Hebdo, 11/04/08)



PS : vous pouvez retrouver Manchette en images sur le site de Libération, dans la rubrique Album des écrivains.

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans polarenvrac...
commenter cet article

commentaires

Rechercher