Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 00:00

Il reste encore quelques titres épuisés, mais les éditions Rivages sont sur la bonne voie, qui viennent encore de rééditer deux romans d'Elmore Leonard, Paiement Cash et Gold Coast.
Pas le meilleur Leonard, mais si vous cherchez du "bon p'tit polar" à vous mettre sous la dent, vous y êtes.


Paiement cashTout roule pour Mitchell : cet ancien ouvrier possède maintenant sa propre usine de pièces détachées auto, et ça fait plus de vingt ans qu'il est amoureux de sa femme Barbara. C'est un type droit et honnête... qui ne sait pas trop ce qui l'a poussé dans les bras de Cynthia, 22 ans.
Les ennuis commencent quand la fille disparaît et que trois types veulent le faire chanter. Du pognon facilement gagné, qu'ils se disent. Mais ils sont tombés sur le mauvais cheval : Mitchell a de la ressource et surtout, il est beaucoup plus malin qu'eux. 

Paiement Cash a été porté à l'écran par John Frankenheimer en 1986, avec Roy Scheider dans le rôle principal.



Gold CoastLe rôle de la bonne poire, il pourrait bien être dévolu à Cal McGuire, un petit escroc plutôt attachant qui, après avoir miraculeusement échappé à la justice de Détroit suite à un vice de procédure, va se mettre au vert en Floride, et bosser dans un centre d'attraction aquatique.
Là-bas, il ne tarde pas à rencontrer la riche et belle Karen Di Cilia. Et veuve. Son mafioso de mari a cassé sa pipe mais son testament est très clair : si elle lui est infidèle, même par-delà la mort, finis la vie de palace, les voitures et les millions.
Son garde-chiourme s'appelle Roland, un texan complètement givré. Son sauveur s'appelle peut-être McGuire. Elle est "belle et énigmatique", il a la bouche en coeur et le coeur sur la main.
Roland et McGuire sont sur un bateau, qui tombe à l'eau ?


a t'amuse, de jouer. Comme les dauphins. On leur impose toutes ces conneries, mais si on les libère, qu'est-ce qui se passe ? Ils reviennent faire les pantins dans un monde trafiqué." 

Léger, drôle et gentiment cynique, Gold Coast nous offre en prime un final délicieusement amoral.



Comme dit l'ami Jean-Marc sur actu-du-noir, "ça paraît tellement facile d'écrire un polar quand on lit Elmore Leonard". C'est vrai, Leonard déroule et tout paraît évident. Intrigues au cordeau, dialogues itou, de la concision, du rythme et des rebondissements. Mince... c'est déjà fini.


Paiement cash (52 Pick Up, 1974, trad. de l'américain par Fabienne Duvigneau et Philippe Sabathé. Presses de la Cité, 1987, rééd. Rivages/Noir, 2010)

Gold Coast (Goald Coast, 1980, trad. de l'américain par Fabienne Duvigneau. Presses de la Cité, 1986, rééd. Rivages/Noir, 2010)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans amérique du nord
commenter cet article

commentaires

Jean-Marc Laherrère 11/08/2010 10:50


Il me reste encore Gold coast sous la main, pour un intermède souriant avant la rentrée.


jeanjean 11/08/2010 12:48



C'est du tout bon, comme l'autre, et même un peu meilleur je trouve.



Richard 10/08/2010 14:38


Merci pour ces suggestions.
C'est noté.


jeanjean 10/08/2010 17:57



de rien de rien, et bonnes lectures !



Rechercher