Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 10:18
"... il entre dans la composition d'un beau meurtre quelque chose de plus que deux imbéciles - l'un assassinant, l'autre assassiné... Le dessein d'ensemble, le groupement, la lumière et l'ombre, la poésie, le sentiment sont maintenant tenus pour indispensables dans les tentatives de cette nature..."
De l'assassinat considéré comme un des beaux-arts / Thomas de Quincey


Paris, 1892. Georis Fromental, jeune littérateur parisien, retrouve par hasard Abel Cyprien, un ami d'enfance devenu inspecteur à la Sûreté générale. Ce dernier, qui lui reproche de se complaire dans "l'exotisme des bas-fonds", décide de lui présenter des affaires criminelles qui lui fourniront, pourquoi pas, un nouveau matériau pour des "romans judiciaires", bien éloignés de cet indigeste naturalisme littéraire tellement en vogue et si cher à ce monsieur Zola !

Voilà justement une affaire qui pique sa curiosité : un meurtrier semble choisir ses victimes parmi les "ennemis de l'art" - des Jocrisse, des Philistins, des Béotiens... -, eux-mêmes collectionneurs ou marchands de tableaux. 
Or, ni la vengeance ni la cupidité ne semblent être à l'origine de ces meurtres dont la macabre mise en scène - l'assassin reconstitue des tableaux célèbres - rajoute encore au mystère.
Le seul lien entre les assassinats réside en l'énigmatique Hyacinthe Péridot, jeune femme à l'allure androgyne, muse de nombreux artistes et dont les charmes ne laissent pas indifférent notre détective en herbe.
Si la Préfecture privilégie la piste anarchiste, Cyprien n'en néglige aucune et incite Fromental à s'introduire dans les cercles artistiques de la capitale, que fréquente peut-être cet assassin qui semble tuer par amour de l'Art.


Fromental et l'Androgyne est un polar (historique) excellent, écrit à quatre mains par un duo d'auteurs - Alain Demouzon (dont le dernier Melchior m'a pourtant déçu) et Jean-Pierre Croquet - particulièrement inspiré pour le coup !

Ils nous offrent un tableau saisissant de Paris et de la société française à la fin du XIXème siècle, une période d'autant plus intéressante qu'elle correspond à une charnière historique, le "vieux monde" transformé peu à peu par le progrès industriel et technique, et plus globalement par l'idée de modernité ; cette collision se cristallise dans la cohabitation de nouvelles technologies avec la mode alors très répandue de l'occultisme et des séances de spiritisme. Il n'y a qu'à voir Fromental, médusé devant ces "voitures sans chevaux", les premiers téléphones ou encore la fameuse découverte des empreintes digitales (qui reléguera bientôt la fantaisiste "science anthropométrique") !
Cette époque est aussi marquée par un bouillonnement intellectuel et culturel, d'où jaillissent le scandale impressionniste puis, encore balbutiante, l'école du Symbolisme, ou encore le "décadentisme", sorte d'école littéraire dominée par le pessimisme et des figures telles que Villiers de l'Isle-Adam ou J.K. Huysmans, l'auteur de Là-bas et d'A rebours.
Il flotte aussi dans l'air comme un parfum de Révolution, dont la fragrance anarchique provoque bien des déflagrations aux quatre coins de Paris. Pourtant Ravachol, le "Rocambole de l'anarchisme", sera bientôt guillotiné...
Enfin, c'est l'occasion de croiser, parmi des personnages fictifs, quelques bonhommes bien réels, parmi lesquelles Verlaine, Huysmans ou Gustave Moreau...

Autant de repères historiques, culturels, sociaux parfaitement restitués par Demouzon et Croquet, qui donnent au roman une vraie densité (dont sont d'ailleurs cruellement dépourvus nombre de polars historiques dont le contexte sert tout au plus de décor d'apparat).

Ce texte aurait pu paraître en feuilletons (populaires) dans Le Petit Journal ! Il en a le style, élégant et soutenu, le ton légèrement suranné - "d'époque" pourrait-on dire -, et les dialogues, riches et vivants, renforcent encore la vraisemblance du récit comme sa qualité littéraire.
Vraiment, de la belle ouvrage.


Conseil(s) d'accompagnement : si cette époque vous plait, lisez les polars de Claude Izner, et notamment Mystère rue des Saints-Pères.


Fromental et l'Androgyne / Alain Demouzon, Jean-Pierre Croquet (Fayard, 2007)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans france
commenter cet article

commentaires

Rechercher