Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 00:00

Joseph Incardona serait-il plus à l'aise sur les courtes distances ? C'est ce que laissent penser ses nouvelles (Taxidermie) ainsi que ce nouveau et bref roman ; 220 volts qui dégagent en tout cas plus d'intensité que Remington


220 voltsUn auteur de best-sellers catégorie thriller (sic) et sa femme s'en vont passer quelques jours au chalet familial. Caser les enfants, souffler, se "retrouver". Et pour lui, retrouver l'inspiration - son super-espion est pour l'heure coincé en plein désert marocain, et son éditeur commence à s'impatienter - d'où quelques digressions assez cocasses à propos du marché de l'édition.

Malgré les quelques tentatives de dialogues et les efforts de chacun, on est loin de la lune de miel. Malentendus, non-dits, jalousie. Vissicitudes du couple et frustrations ordinaires. Ilusoire rémission, avant que... tout bascule, comme dirait l'autre. Vous connaissez la chanson, les histoires d'amour finissent mal... Parfois, c'est encore pire.


Remington ou 220 volts, j'aime beaucoup l'ambiance, mais l'endroit a un air de déjà-vu. Mêmes invités (un écrivain, l'amour d'une femme, même le chat...), même cuisine - le sentiment de trahison et la violence qui jaillit. Mais cuisinée différemment ; plus de simplicité, de précision, de goût tout simplement.

L'approche aussi est différente : ici le drame ne vient pas clôturer le récit mais intervient bien avant, Incardona prenant soin d'"abandonner" alors le lecteur sur les lieux du crime en compagnie d'un narrateur qui lui inspire à la fois sympathie et dégoût.


Une fois le parfum de fait divers évaporé, il reste le talent du conteur, sa façon d'assembler les mots et les éléments, à petites touches, soulignant délicatement l'ignominie des faits.

Et puis, voir les Trois petits cochons filer un coup de main au loup...



Conseil(s) d'accompagnement : le suspense est moins orchestré chez Incardona, mais l'ambiance rappelle parfois celle des romans de Boileau/Narcejac, notamment Les veufs.


220 volts / Joseph Incardona (Fayard Noir, 2011)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans france
commenter cet article

commentaires

Paco 20/06/2011 13:52


J'ai lu toutes tes chroniques, et oui... Et ben tiens, je vais m'inscrire à ta newletter. Quand on aime...

A propos de Joseph Incardona, je vais prochainement publier mon interview de cet auteur sur mon blog, si ca te tente... Cordialement. Paco


jeanjean 20/06/2011 19:25



Bravo au 100 000ème inscrit ! ^^ Eh bien merci de ta fidélité, ça me fait bien plaisir. J'irai lire ton interview d'Incardona, le bonhomme m'intéresse.
Amicalement.



BiblioMan(u) 01/04/2011 15:36


ça ne devrait pas poser de soucis...


jeanjean 02/04/2011 13:38



je note.
^^



BiblioMan(u) 31/03/2011 17:03


Le conseil d'accompagnement est on ne peut plus approprié. Pour info, et si tu es dans le coin en novembre (sait-on jamais), Joseph Incardona sera à la médiathèque de Béziers (animation d'un
atelier d'écriture et rencontre avec un journaliste autour des "faits divers").


jeanjean 31/03/2011 19:43



Sait-on jamais... (ça dépend aussi de la façon dont on est reçu bien-sûr : apéro etc...)



alain 26/03/2011 15:26


Pas encore lu mais cela doit être super bien car j'ai beaucoup aimé Remington


jeanjean 26/03/2011 17:24



alors je ne prends pas beaucuop de risque en te disant que celui-là devrait te plaire aussi...



Rechercher