Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 00:00


nullFrancesco Visentin a tout pour lui : jeune avocat plein d'avenir, issu d'une illustre famille dont le nom suscite le plus grand respect, il s'apprête à marier Giovanna, la plus belle femme de la ville.
Tout s'écroule quand il découvre le corps de Giovanna, noyée dans sa baignoire. L'enquête démontre vite qu'il s'agit d'un meurtre et que la victime avait un amant.
S'agit-il simplement d'un crime passionnel, comme veut le croire Francesco ? Ou l'a t-on réduite au silence pour dissimuler un trafic industriel, auquel semblent liés quelques éminents personnages locaux ?

Francesco, au fil de son enquête, va voir s'effondrer toutes les certitudes liées à son rang et à ses proches.

Ancré dans la réalité - et l'actualité - de la société italienne, Padana City dénonce pêle-mêle les ravages d'un capitalisme débridé sur une région dont l'essor économique a été fulgurant, les accointances entre les industriels et la mafia ainsi que l'"ecomafia" (un terme apparu il y a une quinzaine d'années en Italie pour désigner les opérations de la mafia - recyclage sauvage des déchets, trafic d'espèces protégées... - qui mettent en danger l'environnement), la corruption rampante, le sentiment d'impunité et l'arrogance des classes dominantes, enivrés par leur propre pouvoir, et enfin l'impuissance relative des instances policières, judiciaires, politiques. Le tableau est sombre, presque désespéré.


On retrouve le style caractéristique de Carlotto, même s'il est moins prononcé : sec, frontal, avec des phrases courtes et peu de digressions.

On trouve aussi quelques maladresses (la difficulté d'écrire un texte à quatre mains ?). Dommage.
Dommage que l'on devine bien avant la fin qui est le meurtrier, d'autant plus que les auteurs tâchent d'entretenir le mystère.
Dommage que les relations entre la victime et son meurtrier ne soient pas plus développées (pourquoi sont-ils amants, d'ailleurs ?), puisque de là découlent tous les événements ultérieurs, ou presque. 
Dommage, enfin, que le roman manque parfois de vraisemblance et d'intensité, certaines scènes étant littéralement expédiées.


Si Padana City demeure agréable à lire et relativement intéressant par son aspect documentaire, Carlotto nous avait habitués à des romans bien plus forts et aboutis.


Padana City / Massimo Carlotto & Marco Videtta (Nordest, trad. de l'italien par Laurent Lombard. Métailié, coll. Noir, 2008)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans italie
commenter cet article

commentaires

jeanjean 09/09/2008 14:09

C'est vrai, c'est bien documenté et c'est un des aspects les plus réussis du roman à mon goût.
Encore une fois, dommage qu'il y ait ces quelques maladresses, mais après la lecture de "L'immense obscurité de la mort", on attend forcément beaucoup...

alain 08/09/2008 21:34

Je l'ai lu aussi et partage quelques unes des critiques, j'ai trouvé intéressant le traitement du phénomène mafieux

Rechercher