Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 19:27

Ces trois derniers jours, j'ai vécu à Boston. Trois jours et une paire d'années, 1918 & 1919. Un voyage dans le temps et au long cours, dont je suis revenu enthousiaste.

Quatre ans que Lehane n'avait pas publié en France, si ce n'est quelques nouvelles, en coupe-faim. Qu'allait-il nous sortir de son chapeau ? Un nouvel épisode de la série Kenzie-Gennaro ? Un tour de magie littéraire, façon Shutter Island ? Un roman polyphonique dans la veine de Mystic River ? Rien de tout cela, ou bien tout cela à la fois, dans sa (
louable et vaine) tentative d'écrire le Grand Roman Américain, chimère toujours vivace des écrivains d'Outre-Atlantique. 


nullUn pays à l'aube est à la fois une fresque historique, sociale et politique, une saga familiale, un roman de moeurs et la chronique retentissante d'un monde à l'agonie. Un pays à l'aube d'une nouvelle ère : la Grande Guerre vient de s'achever, voyant des milliers de soldats rentrer au pays et voulant retrouver leur emploi souvent occupé par des Noirs. Le pays, exsangue, connait une crise économique majeure, le chômage et l'inflation s'envolent.
Boston la puritaine, berceau de la Révolution américaine, décimée par la grippe espagnole, voit se multiplier les luttes syndicales, les mouvements communistes et anarchistes prospérer. On craint la contamination bolchévique, les manifestations et les grèves sont sévèrement réprimées. De leur côté, les Noirs commencent à s'organiser et à réclamer leurs droits, sous la férule d'intellectuels comme John Garvey ou William E.B. Du Bois.
La tension monte inexorablement, jusqu'à l'embrasement final, quand les forces de police, acculées, décident la grève.


Dans ce véritable chaudron, trois hommes aux trajectoires différentes vont pourtant se croiser. Le joueur de base-ball légendaire Babe Ruth, alors au sommet de son art ; Luther, un jeune Noir qui a fui le Sud après avoir tué un homme ; Danny Coughlin, issu d'une famille irlandaise, fils d'un capitaine de police et lui-même policier, un esprit libre et progressiste en butte au clan familial. 


Lehane nous livre un récit de presque 800 pages qui impressionne par son ampleur et sa fluidité, son sens du détail et sa puissance d'évocation. 
Tantôt épique ou intimiste, il excelle à raconter les destins individuels comme les fracas de l'Histoire. En fin observateur de la nature humaine, il éclaire avec acuité et une grande empathie la personnalité de ses personnages, leurs ambitions, leurs faiblesses et leurs émotions ; poussés par le sens du devoir, un idéal moral ou la convoitise, capables de bonté comme de la plus extrême brutalité, d'aliéner leurs semblables par le pouvoir et l'argent... Eternelle histoire, singularités de l'animal humain.

Un pays à l'aube, c'est enfin (et peut-être ce qu'on retiendra, au final) la naissance d'une Nation, le tableau vivant d'un pays chevillé à ses mythologies et où demeure cette idée si belle et typiquement américaine - qui traverse le récit tout entier - qu'il est possible de renaître, de tout recommencer, de se réinventer.


Conseil(s) d'accompagnement
: j'ai plusieurs fois pensé au 
Ragtime de E.L. Doctorow, grand bouquin des lettres américaines. Et pour ceux d'entre vous qui s'intéressent à "l'Histoire vue de la rue", je ne peux que vous conseiller Une histoire populaire des Etats-Unis de Howard Zinn.



Un pays à l'aube / Dennis Lehane (The Given Day, 2008, trad. de l'américain par Isabelle Maillet. Rivages/Thriller, 2009)

PS : si vous voulez vous faire une idée, les éditions Rivages ont mis en ligne les 30 premières pages du roman.



Babe Ruth, l'un des personnages du roman, est un joueur de base-ball de légende, ayant un nombre incroyable de records à son actif. C'était aussi un bon vivant, gros buveur et gros fumeur.
Il y a quelques années, un ami à moi a illustré un livre sur sa vie, destiné aux enfants, pour une maison d'édition située en Corée, où ce sport est très populaire. Voilà un de ses dessins, qui fut d'ailleurs refusé par l'éditeur à cause... du cigare.

                                                                                 ©Ramor

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans amérique du nord
commenter cet article

commentaires

Nath la Butarde 26/10/2009 12:06


Salut Jeanjean.
Je viens de découvrir tout à la fois ton site (ce qui me réjouit car je suis friande de bons polars) et ton excellente critique du dernier Lehane, Un pays à l'aube.
Bravo pour toutes tes remarques très fines et perspicaces !
J'ai adoré ce livre magistral, 800 pages que l'on avale comme du petit lait.
C'était mon 1er Lehane : quel bonheur à la perspective de tous ceux qui m'attendent ...


jeanjean 28/10/2009 15:32


alors bienvenue ! Tu verras, les autres Lehane sont assez différents, notamment la série Kenzie/Gennaro. Si tu ne connais pas l'histoire, tu peux enchainer par Shutter
island, tu ne devrais pas être déçu(e?).


mathieu 10/10/2009 16:32


merci pour cette réponse rapide et complète....
ton site a bien rempli son rôle car les deux premiers auteurs que tu me proposes, je les avais noté sur un petit bout de papier... seulement ces deux là d'ailleurs... merci encore et bonne lecture!


jeanjean 11/10/2009 19:39


ça tombe bien ! Bonnes lectures à toi. @+


mathieu 09/10/2009 23:03


Félicitations pour votre site que je ne connaissais pas... On m'a conseillé Dennis Lehane il y a quelques mois et je dévore ses ouvrages... Bravo pour votre article qui me donne envie de découvrir
ce nouveau Lehane... et avec près de mille pages, j'ai de quoi nourrir mon appétit ! Connaissant mal l'univers du roman noir, je me rend compte que j'apprécie particulièrement la série
Kenzie-Gennaro, auriez-vous un ou deux bouquins à me proposer dans la même veine ? (question dure et surement stupide, vu que votre site est sensé remplir ce rôle mais je tente le coup quand
même...)


jeanjean 10/10/2009 13:38


Salut, et merci. Le couple Kenzie-Gennaro est plutôt atypique et à première vue je ne vois pas vraiment d'équivalent dans le polar. Par contre, Lehane se revendiquant
comme un écrivain "urbain", je te conseillerais d'aller faire un tour du côté de Richard Price (son dernier roman est magnifique, mais tout est bon chez lui de toute façon) et de George
Pelecanos (Un nommé Peter Karras par exemple, ou la série Terry Quin/Derek Strange). Un autre écrivain que j'aime bien, aussi (mais un peu plus éloigné), c'est William Bayer
(Mort d'un magicien ou Le rêve des chevaux brisés).

Quant à Un pays à l'aube, voilà un bouquin quand même assez exceptionnel et ambitieux. Cela dit, certains préfèrent ses romans consacrés aux deux enquêteurs. A toi de voir....
@+


Restling 30/04/2009 10:03

OK merci. Oui un gros clin d'oeil à Ellroy ! ;-)
A bientôt.

Restling 29/04/2009 14:39

Bonjour, je suis en train de rédiger ma critique de ce roman que j'ai adoré (et le terme est faible) et je me demandais si je pouvais te citer et faire un lien vers ton billet. Puis-je ? :-)

jeanjean 29/04/2009 14:56


Oui, bien-sûr.
Ca me permet de découvrir ton blog que je ne connaissais pas. J'imagine que le titre est un clin d'oeil au bouquin d'Ellroy...


Rechercher