Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 00:00

La BD, c'est un peu comme le polar : il en sort tellement qu'on passe forcément à côté de quelques bons livres. Mais parfois, le hasard fait bien les choses. Là, c'est la couverture qui m'a attiré, et notamment ce visage qui me rappelait vaguement quelqu'un. Vous le remettez ? Non ? Indice chez vous : acteur américain deux fois marchand de tabac. Il s'agit de... de... Harvey Keitel ! 


Le voilà dans une version BD de Bad Lieutenant, le film d'Abel Ferrara avec Keitel dans le rôle d'un flic pourri jusqu'à la moëlle, endetté jusqu'au cou et camé jusqu'aux sinus sur le chemin tortueux de la rédemption. Si ce n'est déjà fait, je ne saurais trop vous conseiller de le voir, mais choisissez plutôt un moment où vous êtes bien dans vos baskets (et pensez à éloigner les enfants !).
Sombre, dérangeant, voilà un film qui pénètre par effraction dans vos tripes avant de les fouiller jusqu'au fond. Dans ces conditions, difficile de rester sur son quant-à-soi. 

 

Jake est flic à L.A.. La cité des Anges. Ou plutôt ce qui reste de Jake. Un type à la dérive, qui se détruit consciencieusement, toujours entre deux lignes de coke, deux paris sportifs foireux et des virées à Tijuana pour mater les fesses des strip-teaseuses mexicaines.
Le boulot l'éloigne de sa fille, la coke de lui-même, tandis que les paris et les prostituées se pointent avec les problèmes, et des gros.


L'histoire ? La longue et irréversible descente aux enfers d'un homme dont on ne sait plus très bien s'il s'agit d'un ange égaré ou d'un pauvre pêcheur voué à la damnation. La victime propitiatoire, dans tous les cas. Et il y a quelque chose dans ce personnage de si désespéré, de si essentiellement humain qu'on en vient à le plaindre et à l'aimer, à compatir même, malgré les saloperies dont il se rend coupable.
La dimension mystique est moins présente, ou en tout cas moins prégnante que dans le film, mais l'auteur l'a heureusement gardée, et nous offre d'ailleurs quelques passages assez réussis, comme celui ou Jake se retrouve seul, enfermé dans une cabane en plein désert, muni seulement d'un bidon d'eau et d'une bible.


Si Will Argunas reprend l'amorce du film - une nonne est violée et laissée pour morte par deux jeunes voyous -, il imagine ensuite un tout autre scénario (non moins terrible). Exercice plutôt risqué, d'autant plus qu'il puise son inspiration dans d'autres films américains du même genre, mais réussi : on n'a jamais l'impression de voir le story-board du film ni de nager dans des morceaux épars d'histoires.

Côté illustration, le trait nerveux, hachuré d'Argunas illustre à merveille la confusion mentale et la personnalité torturée du personnage, tandis que le découpage de la BD - toutes les planches ou presque comportent huit cases de même taille - accélère encore la mécanique implacable du récit, l'inéluctabilité d'un dénouement funeste.

Si Black Jake, par ses multiples sources d'inspiration et ses références affichées, est dénuée d'effets de surprise et ne brille guère par son originalité, on est tout de même en face d'un exercice de style diablement réussi, efficace et convaincant. On rentre tête la première dans cette histoire, pour ne plus la lâcher.




Black Jake
/ Will Argunas (Casterman, 2009)


extrait du film d'Abel Ferrara (1993)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans polarabulles
commenter cet article

commentaires

cathe 11/04/2009 10:29

Ton flux RSS ne fonctionne plus dans mon Netvibes. Je ne sais pas si je suis la seule à avoir ce problème.....

Bon week-end de Pâques :-)

jeanjean 11/04/2009 15:46


J'ai essayé et ça fonctionne de mon côté. Le problème m'arrive de temps en temps avec d'autres blogs, mais en général ça re-fonctionne tout seul, sans que j'ai besoin
de réactiver le flux.

Bon week-end à toi aussi !


Raclette-Man le plus grand de tous les Héros 09/04/2009 12:40

"Missing" c'est Bien !!!!
Vous avez du talent môssieur Will !!!

Bon Jean-Jean : Quand est-ce que tu changes la Miouzique ???

jeanjean 11/04/2009 15:44


Voilà, j'ai changé la bande-son, en même temps qu'un nouveau billet ;-)

Et laisse-moi Missing de côté, si tu l'as encore.


will argunas 06/04/2009 18:09

merci pour cette très belle critique
promis, l'originlaité sera au rendez-vous, la prochaine fois !
Will

jeanjean 06/04/2009 23:43


De rien, j'ai vraiment été embarqué illico dans cette histoire. Félicitations pour ce beau travail, et vous avez su éviter la paraphrase. Et j'en redemande ! Je
vais me dégoter Missing et garder un oeil sur vos prochaines parutions ! ;-)


Alex 06/04/2009 09:40

Lu !

Très prenant et super fluide, sans longueurs. Très très cinoche . De la bonne bédoche !

jeanjean 06/04/2009 23:40


De la bonne bédoche, comme tu dis ! ;-)

Sinon, Will Argunas a notamment publié, chez le même éditeur, Missing. Il s'agit aussi d'un polar, qui a eu quelques très bonnes critiques d'ailleurs.


cynic63 05/04/2009 10:27

Je confirme: il faut être bien dans ses pompes pour voir Bad Lieutenant. Le trait de cette bd me plaît bien. Je regarderai à l'occasion

jeanjean 06/04/2009 23:38


Elle mérite un détour, c'est certain. Du travail soigné.


Rechercher