Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 09:55
Après Joseph Bialot, un peu de légèreté... On quitte le Berlin des années 40 et des morts-vivants pour la Sicile, écrasée par un soleil de plomb en ce mois d'août, et ce cher dottore Montalbano, bon vivant impénitent et bonhomme ô combien attachant !
Si c'est en hiver que les jours rallongent, c'est en hiver aussi qu'on a droit, comme chaque année, à notre petite escapade sicilienne. Un avant-goût des beaux jours à venir, quelques minutes d'ensoleillement supplémentaires. Et ça fait sacrément du bien !


Sur ordre de sa chère et tendre Livia, Montalbano a dû dénicher en catastrophe une villa en bord de mer pour un couple d'amis et leur jeune (et insupportable) garçon. Mission réussie, sauf que les incidents vont se multiplier, entre l'invasion de cafards puis de souris, la disparition soudaine de l'enfant et, finalement, la découverte d'un cadavre dans le sous-sol "caché" de la maison (sport national en Sicile : dissimuler un étage lors d'une construction pour contourner un permis de construire trop restrictif, et entamer ensuite une procédure de régularisation !).

S'en suivent les interrogatoires des témoins de l'époque et la sinueuse reconstitution des événements, le tout par une chaleur assommante qui semble d'ailleurs émousser - à moins que ce ne soit la lassitude ou l'âge - quelque peu la vivacité d'esprit de Montalbano, plus prompt à aller piquer une tête, déguster une caponata arrosée d'un blanc bien frais ou se mettre en caleçon pour supporter la canicule...

A l'enquête vient s'ajouter une seconde affaire à propos d'un accident mortel sur un chantier de construction. L'occasion pour Camilleri de dresser un constat accablant des magouilles politico-mafieuses de l'île, du cynisme et de l'impunité des puissants, de la justice moribonde. Jeux d'alliances et d'influence forment un véritable système, et ce n'est pas un simple accident qui peut changer la donne, surtout quand la victime n'est qu'un immigré de passage !


Si ce n'est peut-être pas le meilleur de la série, on ne se lasse pas des aventures - plus que des enquêtes - de Salvo Montalbano, comme on se lasse pas d'entendre les pépites linguistiques du collègue Caratella et les répliques savoureuses qui émaillent chaque dialogue.
Une vraie Commedia dell'Arte, légère et rafraîchissante !

Surtout, qu'est-ce qu'on rigole ! Pas de demi-sourire, non, ni ce petit rire bref en point d'exclamation, mais un gros rire franc avec les dents ! Alors on pose le bouquin, le temps de se marrer un bon coup, en s'imaginant la scène et en riant de plus belle. Ce qui n'est quand même pas si courant, surtout avec le roman noir.

Décidément, on devrait toujours avoir un Camilleri/Montalbano sous la main !


Et puis, une fois de plus, il faut noter l'excellent travail de Serge Quadruppani. Ses traductions dans l'esprit de "l'italien sicilianisé" sont de véritables performances.

Enfin, ne manquez pas la belle interview de l'auteur sur Polar blog. Où l'on apprend notamment, que Montalbano va disparaitre pour de bon, dans un ultime roman que Camilleri a déjà écrit et qui sera publié après sa mort. On lui souhaite longue vie...


Un été ardent / Andrea Camilleri (La Vampa d'Agostc, 2006, trad. du sicilien par Serge Quadruppani avec l'aide de Maruzza Loria. Fleuve Noir, 2009)

PS : Pour les fans absolus de Montalbano, une idée de vacances ici !

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans italie
commenter cet article

commentaires

dan 13/03/2009 15:45

je ne connais pas du tout cet auteur, quel titre me conseillez vous pour le découvrir?

jeanjean 13/03/2009 21:20


Camilleri est auteur assez prolifique ; hormis la série des Montalbano, il a écrit beaucoup d'autres choses, des romans historiques notamment. Personnellement, ce sont
ses romans policiers que je préfère.
Je n'ai pas lu tous les Montalbano (il y en a une quinzaine) et il est difficile d'en sortir un du lot, mais essayez La voix du violon ou Le voleur de goûter (plus sombre que les
autres celui-là).

Si la traduction ne vous gêne pas (je connais des gens qui n'accrochent pas à cause de ça), vous devriez vous régaler !


Jean-Marc Laherrère 03/03/2009 13:26

Entièrement d'accord avec toi, il y avait longtemps que je n'avais pas autant ri !

jeanjean 03/03/2009 18:07



anti-sinistrose garantie ! On devrait distribuer ses bouquins un peu partout !



dominique 03/03/2009 07:06

Un peu de Salvo et un peu de Callas, bon début de matinée, je guette Camilleri depuis toujours et le plaisir ne se dément pas, rire et recettes de cuisine sont toujours assurées. l'interview de Quadruppani est intéressante, mais que âge a donc Camilleri ?

jeanjean 03/03/2009 10:37


Camilleri a maintenant 83 ans. Ce qui ne l'empêche pas d'ailleurs de continuer à écrire 1 ou 2 livres par an !, en passant d'un genre à l'autre avec une facilité assez
déconcertante quand même...


Rechercher