Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 00:00

On connaît les sud-africains Deon Meyer et L.F. Despreez, le sénégalais Abasse Ndione, le malien Moussa Konate (dont un nouveau roman doit sortir le mois prochain) ainsi que l'algérien Yasmina Khadra et son commissaire Llob. J'en oublie certainement, mais toujours est-il que les auteurs africains de polars ne sont guère nombreux.

On peut désormais ajouter Kwei Quartey, jeune médecin ghanéen désormais installé aux Etats-unis et auteur d'un bon premier roman.


Darko Dawson, inspecteur de la police d'Accra, est chargé de se rendre à Ketanu, un village éloigné au bord de la Volta - en pleine brousse, pour le coup - afin d'élucider le meurtre d'une jeune étudiante qui participait à un programme de lutte contre le sida.
Une enquête particulière pour lui, puisque Ketanu est aussi le village natal de sa mère, disparue 25 ans auparavant dans des circonstances jamais éclaircies.


On repère assez vite les fausses pistes de l'auteur, qui reprend les schémas classiques du roman policier, mais comme souvent avec le polar, l'intérêt est ailleurs. Loin de tout pittoresque, Quartey dresse un tableau en clair-obscur de la société ghanéenne et nous donne un bon aperçu de la vie quotidienne d'un pays tiraillé entre des pratiques ancestrales et l'avènement d'une certaine modernité. En abordant les questions de la polygamie, des liens familiaux, du sida, de la condition des femmes, ainsi que du poids des traditions et des superstitions.

D'ailleurs, Dawson est lui-même le fruit de cette société en pleine mutation. Quand il règle seul et à sa manière un problème domestique sans en discuter avec sa femme, celle-ci lui rétorque : "Tu es censé être un homme moderne et progressiste, en faveur de l'égalité des femmes, tout ça, mais, en fin de compte, est-ce que ce n'est pas cette bonne vieille phallocratie qui pointe le bout de son nez ?".


Un style direct, léger et sans fioritures stylistiques pour une intrigue policière simple et efficace, des personnages bien campés : il n'y a pas grand-chose à reprocher à ce polar, sans grande prétention sur le plan littéraire certes, mais dépaysant, intéressant et agréable à lire. On poursuivra avec un certain plaisir cette exploration de la société ghanéenne, microcosme de l'Afrique noire.


Épouses et assassins / Kwei Quartey (Wife of the Gods, trad. de l'anglais (Ghana) par Michèle Valencia. Payot suspense, 2009)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans afrique
commenter cet article

commentaires

jeanjean 16/04/2009 20:27

Pour répondre à Ys : j'ai posé la question à Hind Boutaljante, attachée de presse chez Rivages, qui m'a gentiment répondu. Voilà ce qu'elle dit : "Comme vous le savez, le fonctionnement éditorial aux USA est très différent du notre. Nous avons acquis les droits pour la France de ce titre via un agent, sur manuscrit. Cet agent étant en charge de le vendre à tous les éditeurs (USA et autres) les contacte tous en même temps ; et nous avons été les plus rapides."

Alex 15/04/2009 14:13

Très belle couverture en effet.

jeanjean 15/04/2009 19:33


Oui, je trouve aussi la maquette très réussie. Ca devrait attirer l'oeil sur les étals des libraires...


Ys 15/04/2009 09:39

Intéressant ce polar africain : arrive-t-il jusqu'à nous parce que son auteur vit aux USA ? Je ne connais pas la littérature africaine, je la suppose jeune et dynamique, comme son peuple, mais il nous en arrive bien peu, non ?

15/04/2009 19:45



De nombreux auteurs africains sont publiés en France, et certains éditeurs ont même des collections dédiées comme Gallimard avec Continents noirs. 
En tout cas, les auteurs francophones apportent un sacré vent de fraîcheur dans la littérature française, enfin c'est un avis perso. En 2008, le guinéen Monemembo a même obtenu le prix
Renaudot. De là à se dire que le renouveau de notre littérature se trouve hors de nos frontières, il n'y a pas loin...

Pour ce qui est de Quartey, tout ce que je sais, c'est qu'il est d'abord publié en France avant de l'être aux Etats-unis. Pourquoi ? Je ne sais pas mais je vais me renseigner.



Dominique 15/04/2009 08:52

je vais me laisser tenter par le côté dépaysement bonne journée

jeanjean 15/04/2009 19:23


à Kesalul & Dominique : en effet, l'aspect dépaysant est très plaisant, comme le fait d'être immergé dans une autre culture.
Et merde à ceux qui pensent que "l'Homme africain n'est pas rentré dans l'Histoire". De quoi je me mêle...


Kesalul 15/04/2009 07:56

Moi qui adore voyager en lisant, je pense que je vais me jeter sur ce livre...
LA couverture est très belle en plus.

Rechercher