Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 00:00
Le jazz a toujours inspiré le polar. Question d'ambiance, surlignée par les destins tragiques et romanesques de quelques figures - Art Pepper, Charlie Parker, Chet Baker... Question d'essence : le jazz comme le roman noir chante "le blues de tous les déprimés qui sont seuls, tristes et inquiets et qui ne pourront jamais dire leur malheur".

En voilà une nouvelle illustration avec ce Jazz me blues, initié par les éditions Moisson Rouge, qui ont fait encore une fois du bon boulot : "à l'origine de cette anthologie, il y a la découverte fortuite de quatre grands textes : deux nouvelles de Charles Beaumont, deux autres de Davis Grubb (l'auteur de
La nuit du chasseur). (...) Avec une base aussi solide, il était tentant de constituer un recueil entier dans la même veine".


Tentant, et vraiment alléchant.
A l'affiche, donc : quatorze nouvelles inédites en France (la plupart ont été composées spécialement pour ce projet) et un orchestre franchement impressionnant : Marc Villard, Michel Boujut, Laurent de Wilde, Bob Garcia, Nathan Singer, Bill Moody, Jake Lamar, John Harvey et James Sallis. Rien que ça ! C'est un peu comme si on avait réunis les meilleurs solistes du "jazzpolar".


Des connaisseurs, de surcroît, musiciens pour certains, et qui s'attachent surtout au jazz vivant et populaire plutôt qu'à cette musique d'initiés vaguement intellectualisante qu'on nous sert depuis quelque temps. 

Chacun, dans un registre grave ou plus léger, joue sa partition avec doigté, pour former un ensemble harmonieux et cohérent, avec une mention spéciale pour les solos de John Harvey (Minor Key), Davis Grubb (Tous les chemins que j'ai parcourus) et Bill Moody (Child's play), particulièrement en verve.

De la Louisiane au canal Saint-Martin, du Birdland à une salle des fêtes des Vosges, des années 20 à nos jours, on croise de vieux bluesmen fatigués, un trompettiste de génie, un batteur raté, une beauté fanée, le frère de Phillip Marlowe, Billie Holliday, et même un crapaud coincé dans une caisse claire !

14 morceaux à la tonalité souvent intimiste, aux inflexions dures, mélancoliques ou enjouées, 14 trajectoires aux lignes brisées et ce même chorus des rêves inaccomplis, des promesses non tenues, des gloires éphémères. Tout n'est pas noir pour autant, entre les retrouvailles émouvantes de deux amis séparés depuis longtemps, l'affection d'un trompettiste pour son mentor, et, surtout, tous ces moments de complicité et de joie simple entre musiciens après un set bien balancé. Trop rares instants de plénitude.


Voilà un magnifique recueil de nouvelles, de mélodies souples et de breaks tranchants, d'où s'échappent à la fois la complainte d'un sax et l'énergie d'un swing. Beau, triste, parfois poignant. Le concert était réussi, comme on dit. Allez, un rappel ?


Jazz me blues / anthologie proposée par Jean-Paul Gratias ; 14 nouvelles noires inédites signées : Charles Beaumont, Michel Boujut, Bob Garcia, Davis Grubb, John Harvey, Jake Lamar, Bill Moody, James Sallis, Nathan Singer, Marc Villard et Laurent de Wilde (Moisson Rouge, 2009)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans france
commenter cet article

commentaires

Ram-Ram 06/05/2009 10:19

J'ai été voir... C'est aussi hideux qu'incompréhensible...
( j'étais pourtant - conditionné- abonné à PIF Gadget - Editions Vaillant- gamin, dans mon "kolkhoze" d'instituteurs )

C'est une maladroite mais bonne démarche cependant, car c'est une vraie plaie d'horreur de sale anniversaire dégueulasse et purulent ( avec des poils en plus ) que l'on "célèbre" aujourd'hui... Je ne m'en remet toujours pas... Quel dimanche de merde...

Pour revenir à l'hommage dont tu parlais initialement, je suis preneur vue la grande qualité d'écriture de la plupart des invités.

Et des Besos à vous trois.

alain 03/05/2009 22:09

que du beau monde..

jeanjean 05/05/2009 14:37


eh oui, et on découvre ou redécouvre même des auteurs comme Davis Grubb ou Charles Beaumont (qui fut aussi l'un des scénaristes de la série La 4ème
dimension !)


Ram-Ram 03/05/2009 16:21

Diantre !!! C'est ce qui s'appelle une attaque en règle de Propagande Bolchevik !!! :-)

jeanjean 05/05/2009 14:36


Comme tu dis ! J'irai voir malgré tout ce que la section PC nous a contacté comme polar... Incorrigibles, ces cocos ! ;-)


SECTION GARD VALLEE DU RHÔNE du PCF 03/05/2009 11:03

Notre Président de la République Nicolas Sarkozy n’aime pas la littérature, ni l’art en général. Est-il besoin de rappeler l’épisode relatif à « la princesse de Clèves » ? Le pire c’est qu’il s’en vante ! Dernièrement en Espagne il mettait sur le même niveau Pablo Picasso et … Zinédine Zidane ! Nous ne sommes pas comme lui. A l’occasion du second anniversaire de son arrivée à l’Elysée nous avons donc décidé de célébrer en honorant l’écrit plusieurs événements d’importance n’ayant d’ailleurs par forcément de rapports les uns par rapport aux autres.
- Les 50 ans de la mort du poète surréaliste Benjamin Péret
- Les 10 ans du PACS
- Les presque 90 ans du PCF
- Les 150 ans de « Mireille » de Frédéric Mistral
- Les 90 ans de l’épidémie de grippe espagnole qui emporta Apollinaire
- Les quasi 10 ans de la mort de l’auteur marseillais Jean-Claude Izzo (le père de Fabio Montale)
- Les 70 ans de la Retirada (exil des Républicains espagnols)
- Les 700 ans du Pont médiéval de Pont Saint Esprit
- Le 70e anniversaire de la naissance de Manuel Vasquez Montalban (père du détective Pepe Carvalho)
- Les 150 ans de Jean Jaurès

On a mélangé tout ça et le résultat est un polar surréaliste d’inspiration méditerranéenne « Goût Tomate »

Au dix- neuvième siècle de grands romans ont été publiés en roman-feuilleton dans les journaux de l’époque aujourd’hui soyons modernes et surréalistes
c’est sur notre blog et toujours sur le principe du feuilleton que nous vous invitons à découvrir cette chronique de notre époque formidable !
Jean-Bernard Pouy (qui connaît bien le Gard rhodanien : cf RN 86) rappelle dans sa récente « Brève histoire du roman noir » que le polar ou roman noir est un genre de littérature populaire qui est apparu avec la crise de 1929.
Il était donc indispensable dans notre contexte d‘apporter de nouvelles pages à ce genre qui est à la fois une expression populaire et une critique sociale.
A découvrir sans tarder.
consultez le blog de la section:
http://vdr.pcf30.over-blog.com/

Rechercher