Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 00:00

On en apprend tous les jours. Je connaissais de nom les éditions L'Atinoir (auparavant une collection chez L'Ecailler), mais n'avais pas encore lu les romans de cette nouvelle maison d'édition spécialisée dans le polar latino-américain ("latine noire") et dont le conseiller éditorial est un certain... Paco Ignacio Taibo II. C'est chose faite avec ce Boléro noir du cubain Lorenzo Lunar - je remercie au passage JM Laherrère et Sébastien Rutès (un des auteurs de la maison dont je parlerai bientôt) qui m'en ont donné l'occasion.

Nous ne sommes ni à Santiago de Cuba ni à La Havane, mais à Santa Clara, un quartier populaire en périphérie d'une ville de province. Là vivent prostituées, petits délinquants, voleurs, et Léo Martín, chef du bureau de police local. Et comme il dit :

"Le quartier est un monstre, comme dit mon pote el Puchy.
Le quartier, il te réduit en purée, il te bringueballe, t'éduque, te pousse, te traîne, te relève, te jette à pierre et te piétine.
Il fait de toi un homme ou un débris. (...)
Mais ce monstre, tu l'aimes et t'as aucune intention de le quitter. Parce que tu t'es habitué à lui, parce que t'as besoin de son désordre pour vivre."

 
Là, un crime a été commis. Tout le monde aimait le vieux Cundo pourtant, et surtout Léo, qui s'est promis d'arrêter le salaud qui a fait ça. Pas facile, pourtant : s'il possède les codes du quartier et partage ses souvenirs d'enfance avec ses habitants, ceux-là ne se confient pas facilement, qui plus est à un flic.

L'unité de lieu (le périmètre restreint du barrio) et de temps (une journée) rappelle le roman d'énigme à l'anglaise. Et comme dans ce dernier, on passe en revue tous les suspects potentiels, les mobiles, les alibis, avant de trouver le coupable.
Mais nous sommes surtout, et d'abord, dans un roman noir et social : c'est la vie de ce quartier et de ses habitants, contraints pour survivre à la contrebande et aux petits trafics, que nous voyons se dessiner au fil des pérégrinations et des rencontres de Léo Martín.


Si Lunar montre une certaine empathie, voire de la tendresse vis-à-vis de ses personnages, il bannit tout sentimentalisme. En à peine une centaine de pages particulièrement cinglantes et éloquentes, il donne simplement à voir une réalité quotidienne. Sans emphase ni effets dramatiques, mais avec un sens aigu de l'observation et des mots affûtés et précis.

Boléro noir constitue la première chronique d'une trilogie. Je sais déjà que je retournerai à Santa Clara.


Boléro noir à Santa Clara / Lorenzo Lunar (Que en vez del infiernoencuentres gloria, trad. de l'espagnol (Cuba) par Morgane Le Roy. L'Atinoir, 2009)


PS : à noter la pertinente préface qui restitue le roman dans le contexte socio-historique cubain et revient aussi sur la riche tradition de l'ile en matière de roman noir (Padura, Chavarria et bien d'autres...).

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans amérique latine
commenter cet article

commentaires

Christine Vendé 11/05/2009 17:14

J'ai eu la chance de lire ce polar qu'on m'a offert. Je l'ai adoré tout de suite et je suis très contente d'avoir eu accès à ce livre. Cependant, je dois avouer que je ne me le serais pas acheté moi-même en lisant la quatrième de couverture. Je n'ai d'abord rien compris à cette 4ème de couv, et je n'avais aucune envie de lire ça. Comme on me l'a offert, le problème est réglé, mais je trouve tellement dommage que ce ne soit pas une belle critique comme la votre qui figure sur le livre, ça serait tellement plus vendeur, et surtout, tellement plus fidèle au contenu de ce superbe polar si attachant.

jeanjean 12/05/2009 17:56


Et bien merci pour le compliment ! Ce qui m'a un peu gêné pour ma part, c'est plutôt l'aspect "livre en gros caractères" mais soyons indulgents, il s'agit d'un "petit"
éditeur.
Sinon, j'ai encore quelques livres de cet éditeur sous la main, j'en reparlerai bientôt.
@+


Jean-Marc Laherrère 11/05/2009 09:21

Content de voir que ton premier contact avec L'atinoir c'est bien passé. Ils font du très bon boulot.

jeanjean 12/05/2009 17:53


C'est vrai, et je vais continuer sur ma lancée avec le roman de Sébastien Rutès.


jenotule 09/05/2009 14:01

Je rejoins votre goût pour l'Amérique Latine et j'ajoute Patricia Melo à la liste, en attendant de l'allonger avec cette collection...
Caroline.

jeanjean 09/05/2009 17:08


Salut Caroline !
Patricia Melo. Ca fait plusieurs fois que j'entends parler de ses bouquins, O matador, Monde perdu... Je vais y jeter un oeil, voire les deux...


cynic63 08/05/2009 18:29

C'est vrai qu'on est souvent bien servi en la matière. Entre les Arriaga, Serna, Paco, pour ceux que je connais et les Padura, Salem, etc..que je dois découvrir. Tiens, comme ça va être l'heure de l'apéro, je vais aller à la bodega d'à côt me faire un mojito.....@+

jeanjean 09/05/2009 17:05



Un p'tit mojito, ben voyons ! ;-) A ta santé !



cynic63 08/05/2009 16:37

Merci bien Jean-Jean de nous emmener régulièrement en Amérique latine et, qui plus est, en compagnie de romans qui paraissent souvent excellents....

jeanjean 08/05/2009 18:26


Eh bien tout le plaisir est pour moi ! ;-) D'autant plus que le polar latino-américain est vraiment riche et varié. Et effectivement, celui-ci est très bon. @+


Rechercher