Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 00:00

"En 2009, le nombre de seniors au chômage a encore augmenté de 25,7 %." (La Voix du Nord, 28/01/10)
   

"Total annonce qu'une décision définitive sur l'avenir de sa raffinerie des Flandres, près de Dunkerque (Nord), devrait être prise d'ici à la fin du premier semestre. (...) Total publiera ses résultats annuels dans 10 jours, le 11 février. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice net de huit milliards d'euros au titre de 2009." (Reuters, 01/02/10)
   

Manager : n.m. ‹ 1896, manager cycliste ; empr. à l'anglais manager "celui qui s'occupe de qqch" (XVIè s.), de to manage "mener, diriger un cheval", empr. probable à l'ital. maneggiare (dont le déverbal maneggio a donné manège). (Dictionnaire culturel en langue française, Le Robert)



cadresnoirs couvMême si le chômage, les fermetures d'usines et le blues des cadres ne datent pas d'hier, on peut dire que le nouveau roman de Pierre Lemaitre est tristement d'actualité.


Alain Delambre, cadre de 57 ans, est au chômage depuis 4 ans. Son entreprise a été rachetée : fusion-restructuration-compression du personnel. Depuis, l'ancien DRH se serre la ceinture et enchaîne les p'tits boulots, entre deux visites au Pôle emploi.

Jusqu'au jour où un cabinet de consultants, chargés de recruter un responsable des ressources humaines pour une grosse boîte, retient sa candidature. 
Alain n'ose y croire, mais malgré son âge, les désillusions, les innombrables refus, il ne peut s'empêcher d'espérer, c'est humain. 

Il passe avec succès le test, est convoqué pour un entretien. La dernière épreuve : un jeu de rôles, grandeur nature. L'employeur va organiser une... prise d'otages ! Les candidats, dont Alain, seront jugés sur leur capacité à évaluer les cadres présents, la façon dont ils réagissent en situation de stress intense, leur loyauté à l'égard de l'entreprise.

Alain se prépare, Alain révise, il est prêt à tout pour décrocher le poste. A ravaler ses convictions, à contrarier sa femme, à impliquer ses filles. Sans se douter encore que ce jeu va l'entraîner beaucoup plus loin qu'il ne l'imaginait et qu'il n'est finalement qu'un simple rouage. Inversement, un simple rouage peut dérègler toute la machine.


Si Cadres noirs, comme Robe de marié, tient du thriller psychologique, la trame sociale est ici omniprésente (tout au moins les 3/4 du récit, avant qu celui-ci ne bascule dans l'action pure), et en particulier le monde du travail, dans ce qu'il a de plus aliénant et de plus impitoyable, dominé par le rapport de forces, les luttes de pouvoir, la compétition effrénée.


Embarqué dans ce manège, on a un type ordinaire pris dans la spirale précarité-exclusion-chômage, un engrenage terrible que Pierre Lemaitre décrit avec beaucoup de finesse et de simplicité, où se mêlent pêle-mêle frustration, colère, culpabilité, perte de confiance et d'estime de soi, humiliation...
Un type qui se bat avec ses maigres armes, sa bonne volonté et des restes de dignité, mais un simple pion sur l'échiquier des grandes entreprises, qui font preuve d'une malfaisance et d'un cynisme absolus, surfant sur un capitalisme débridé qui saccage tout sur son passage. L'état des lieux est accablant.

D'accord, Karl Marx avait déjà théorisé tout cela, mais ça fait du bien de le rappeler !, et puis certaines choses ont changé, malgré tout. Par exemple, il ne suffit plus aujourd'hui de travailler pour l'entreprise, il faut adhérer à ses "valeurs". Dérive sectaire à la mode libéralisme. Nouvelles idoles : marketing & management, "les deux grosses mamelles de l'entreprise contemporaine". Pressurisation. Processus de déshumanisation.


Si le piège se referme sur Alain Delambre, impossible pour le lecteur de ne pas se laisser lui-même prendre au piège.
D'une part parce qu'on s'identifie immédiatement au personnage, d'autre part parce que le principe du page-turner fonctionne à merveille : on est véritablement happé dans la machine mise au point par Lemaitre, qui décidément s'y entend en intrigues bien ficelées.
Rebondissements et retournements de situation alimentent généreusement le suspense, la tension monte comme une poussée de fièvre et les pages défilent sans qu'on y prenne garde.



Cadres noirs /
Pierre Lemaitre (Calmann-Lévy, 2010)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans france
commenter cet article

commentaires

clément 27/03/2010 10:11


Bonjour Jeanjean, je suis en plein dans la lecture de "cadres noirs" et je dois dire que je suis scotché! Par contre ce n'est pas ce que j'appellerais un page turner qui est quand même un terme, je
trouve, connoté négativement. Par contre il tient énormément en haleine, et ce, sans temps morts.


jeanjean 27/03/2010 19:50


salut Clément,
"en haleine", "sans temps mort" : on dirait un page-turner ! ;-) Cela dit, c'est vrai que le terme fait souvent à du thriller manufacturé, du "gros qui tâche" quoi, alors qu'ici ce n'est pas
le cas.


liliba 09/03/2010 14:11


Bel article. J'ai adoré ce livre, qui plonge dans l'actualité et nous tient en haleine de bout en bout, tout en gardant un humour féroce. Un auteur à suivre !


jeanjean 09/03/2010 17:43


Merci. Je trouvais que les romans de Pierre Lemaitre étaient de belle mécaniques, c'est encore le cas pour celui-là mais avec quelque chose en plus, disons ce constat
social et cette réflexion assez fine j'ai trouvé sur le chômage et les dégâts psychologiques qu'il entraine... A suivre, comme tu dis !


chris89 04/02/2010 20:13


Oui ! Vraiment efficace.
Cadres noirs est ma première lecture de P.Lemaitre, c’est réussi et tellement d’actualité.
Une petite piqûre de rappel ne fait pas de mal de temps en temps.


jeanjean 05/02/2010 09:45



Efficace, oui. Et de l'émotion, aussi. Plus que dans Robe de marié, à mon goût, qui tient plus du tour de prestidigidation.
Si tu as un moment, essaye Travail soigné, son premier roman. Et aussi un hommage au roman noir.



Alex 04/02/2010 18:21


Merci Yann... Jamais entendu ce terme...

Je mourrais donc moins con ! :-)


jeanjean 05/02/2010 09:33


"mourrai", au futur (lointain), c'est mieux ! ;-)
@+


Alex 03/02/2010 21:09


C'est quoi exactement un "Page-turner" ? ?


jeanjean 04/02/2010 12:07


C'est le principe d'un bouquin qui "tient en haleine", comme on dit, dont on tourne les pages à toute vitesse pour connaître la suite, qu'on a du mal à lâcher, quoi.
Quelques techniques, très utilisées par les auteurs de thrillers notamment : des chapitres courts, rythmés, qui s'achèvent au milieu d'une action ou en plein rebondissement, poussant le
lecteur à enchaîner immédiatement sur le chapitre suivant.
Bon, souvent les ficelles sont un peu grosses, mais quand c'est bien fait, c'est efficace.


Rechercher