Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 00:00

On pensait pourtant ne plus le revoir, après Derniers sacrements qui clôturait - croyait-on - la série*. Et voilà que John Harvey a décidé de tirer Charlie Resnick de sa pré-retraite ! A-t-il bien fait ? J'ai eu quelques doutes au début. Vite levés.

Avant toute chose, ça fait rudement plaisir de retrouver Resnick. Ses chats, ses disques de jazz, sa bonhomie, ses habitudes, qui ont quelque peu changé : le vieil ours a troqué le célibat pour la vie de couple, et partage désormais sa vie avec Lynn Kellog, avec laquelle il a longtemps travaillé.


Cold in handLe jour de la Saint-Valentin, Lynn est blessé dans une fusillade entre gangs rivaux durant laquelle une adolescente est tuée. Les parents de la victime l'accusent de s'être servie de leur fille comme d'un bouclier pour sauver sa peau. La presse fait ses choux gras, d'autant plus qu'Howard Brent, drapé dans son rôle de père meurtri et en colère, est particulièrement photogénique.

Resnick, qui brasse de la paperasse à la brigade de répression de vols depuis qu'il a accepté une promotion et quitté la PJ, accepte d'intégrer la brigade criminelle comme second sur l'enquête. Mais à force de jouer les Saint-Bernard avec sa dulcinée, il finit par causer plus de problèmes qu'il n'en résout.

Comme toujours avec Harvey, d'autres intrigues viennent irriguer la trame principale, rejoignant parfois le même lit, parfois non. Deux affaires ici : l'une concernant le meurtre d'une jeune prostituée immigrée, l'autre un trafic international d'armes à feu, sur lequel enquête notamment un organisme semi-privé (!) de lutte contre le crime qui regroupe en son sein d'anciens flics pas toujours très clairs.

Un des visages de cette "nouvelle police", rationalisée, informatisée, aux méthodes et procédures nouvelles, dans laquelle Resnick n'a plus vraiment sa place. Il le sait d'ailleurs, et envisage sérieusement de raccrocher, même si Lynn se moque de lui, à l'imaginer dans sa campagne avec "deux ânes et quelques douzaines de poulets".

Contrairement aux opus précédents, Resnick n'occupe pas véritablement le rôle principal, qui échoue davantage à Lynn Kellog ainsi qu'à une certaine Karen Shields, une inspectrice londonienne venue prêter main forte à ses collègues de Nottingham (qu'on reverra peut-être plus tard ?).



Construction impeccable - plusieurs fils narratifs, changements de point de vue -, limpidité et sobriété du style, épaisseur des personnages. Du Harvey dans le texte, sans fausse note, qu'on écoute avec plaisir mais sans être renversé non plus, tout au moins dans la première partie. Au fil des pages on se dit même qu'il manque, cette fois, ce petit supplément d'âme qui fait la différence entre un bon procedural et un bon roman.

Et puis il arrive quelque-chose. Quelque chose de soudain, de brutal et d'irrémédiable (impossible de vous dire quoi, ce serait du sabotage pur et simple), qui donne au roman une autre envergure. Les perspectives changent complètement, et on se prend à rapprocher son nez de la page, tétanisé, secoué, en tout cas complètement absorbé, et pour de bon.


Alors, un nouvel épisode un peu paresseux, qui viendrait s'ajouter aux autres sans forcément apporter grand-chose ? Pas du tout. Harvey avait sa petite idée derrière la tête, certains sentiments et émotions à explorer, et Resnick étant le personnage qu'il connaît le mieux, il l'a naturellement "ressuscité", pour un roman plus intimiste qu'à l'accoutumée, plus sombre, plus éprouvant aussi. Charlie sings the blues.

Alors, bonne idée de rappeler Resnick ? Yes, Sir.



Cold in Hand / John Harvey (Cold in Hand, 1998, trad. de l'anglais par Gérard de Chergé. Rivages/Thriller, 2010)


* Resnick, dans l'ordre :  Cœurs solitairesLes étrangers dans la maisonScalpelOff MinorLes Années perduesLumière FroidePreuve VivanteProie FacileEau dormante, Derniers sacrements. Tous sont publiés aux éditions Rivages.

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans grande-bretagne
commenter cet article

commentaires

Jean-Marc Laherrère 10/11/2010 09:26


Je suis en train de le terminer, et tu m'as piqué mon titre !! Je prévois déjà une variante, et j'ai été scotché. Comme toujours (ou presque) chez Harvey


jeanjean 10/11/2010 10:45



T'en trouveras un autre, je te fais confiance ! Et pour sur le bouquin, j'ai l'impression qu'on est d'accord.



Dominique 09/11/2010 19:27


Les uns partent (Wallander, Rebus) les autres reviennent, quel plaisir de retrouver Resnick je m'en réjouis à l'avance et je vais le lire sans me préoccuper de savoir si il est bon, très bon, ou
excellent, de toutes façons j'aime cet auteur


jeanjean 09/11/2010 21:19



alors bonne lecture, et puis au bout du compte, celui-ci est entre le très bon et l'excellent.



christophe 09/11/2010 17:48


Et oui, c'est ce qu'avait dit Harvey quelques temps après avoir terminé ça série, que Resnick reviendrait mais dans un "second" rôle...
et, effectivement, ça fait toujours plaisir de le revoir, même si là, il prend un sacré coup de vieux...


jeanjean 09/11/2010 21:18



peut-être qu'on le reverra un de ces jours, en Pologne par exemple, où Harvey aimerait le faire revenir. "Reste" à trouver l'idée...



Alex 09/11/2010 17:34


Haaa ! Un petit polar britannique de plus, ça ne peut pas faire de mal !

Par contre, ça y est ? Ta fille bosse chez Rivages ? ( elle fait mal aux yeux la couverture... ;-p )


jeanjean 09/11/2010 21:15



Elle est superbe tu veux dire !



Rechercher