Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 00:00

"La mauvaise goutte de sang dure jusqu'à la dix-septième génération." (proverbe irlandais)


"Le soir de l'enterrement de ma mère, Linda Dawson sanglota sur mon épaule, me fourra sa langue dans la bouche et me demanda de retrouver son mari". Difficile de refuser, hein, surtout qu'Ed Loy s'est déjà occupé de ce genre d'affaires comme détective privé en Californie, où il est parti - s'est enfui, plutôt - des années plus tôt.


Coup de sangTout juste revenu à Dublin, Ed retrouve une ville transformée par le boom immobilier, coiffée de grues et pleine de chantiers de construction. Bien propre sur elle et vaguement ennuyeuse. Il reste malgré tout des choses qui ne changent pas, comme son vieux copain Tommy Owens, toujours fourré où il faut pas, avec les caïds du coin, par exemple, les fameux frères Hannigan.

L'époux disparu fait partie de la bonne société, il est dans les affaires, il possède des terrains. Un commerce juteux. Ed commence à penser : immobilier, politique, pots-de-vin. Une vieille chanson, peut-être, mais un refrain tenace.
Seulement, le type qui revient au pays, commence à fourrer son nez partout et à remuer de vieux secrets de famille englués dans la tourbe irlandaise, faut pas s'étonner qu'il se fasse secouer un peu...



Declan Hugues entame avec Coup de sang un cycle dédié au privé Ed Loy (cinq romans sont déjà parus en Grande-Bretagne), dans la veine du detective novel des années 40-50 (j'ai beaucoup pensé aux romans de Jonathan Latimer, d'ailleurs, jetez-y un oeil à l'occasion).

"Vous avez engagé un détective privé, et personne ne veut savoir qui est un détective privé. Il est trop miteux, pas assez recommandable. Il ressemble au clodo ordinaire. Impossible pour lui de se montrer à la hauteur à vos bals de charité et vos dîners à mille euros et cela lui va très bien, parce que, ainsi, il peut faire ce pour quoi il a été engagé. C'est son seul but, vraiment, comme un chien qu'on a dressé à travailler, il ne peut pas se détendre en restant assis à ne rien faire. Il faut qu'il force, qu'il fouine et qu'il remue jusqu'à ce que la vérité finisse par être révélée, ou assez de cette vérité en tout cas pour que ça change tout."


Du classique. Un détective coriace et têtu comme une mule. Ballotté, trompé, malmené - aussi bien par les truands que les flics -, passé à tabac : rien ne lui sera épargné. A personne d'ailleurs. "Dans toute cette histoire, il était humain d'espérer que quelqu'un connaisse une issue heureuse, même si personne ne la méritait vraiment".



Si ses références sont américaines, le coeur est bel et bien irlandais : Declan Hugues nous parle d'une Irlande qui a profondément changé avec l'essor économique des années 90 et 2000 (à l'instar de son compatriote Adrian McKinty, autre auteur de polars), un pays qui a fait peau neuve mais qui a perdu un peu de son âme, un pays recouvert d'un vernis de prospérité mais dont les trottoirs sont toujours encombrés de clochards.


Coup de maître, non, coup de coeur, certainement. Un coup de sang plein de vitalité en tout cas, et un premier roman solide, enlevé et soigneusement ficelé. Ce serait dommage de s'en priver.



Coup de sang / Declan Hugues (The wrong kind of blood, 2006, trad. de l'anglais (Irlande) par Aurélie Tronchet. Gallimard, Série Noire, 2010)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans irlande
commenter cet article

commentaires

Pierre FAVEROLLE 18/09/2010 18:27


C'est malin ! Par ta faute, je l'ai acheté cet après midi ! Mon porte monnaie a encore hurlé sous la torture !


jeanjean 18/09/2010 19:35



Oups, désolé pour ton porte-monnaie !! Mais j'espère que Coup de sang apaisera les douleurs monétaires ! Bonne lecture !



Almaterra 18/09/2010 08:01


Bonjour Yann,

Ne sachant pas où mettre mon petit message, je me permets ce commentaire ici.

Je souhaitais vous faire part de l'existence d'une expérience originale, un cadavre exquis à la sauce Facebook. Depuis le 20 août dernier, des auteurs de polar et de thriller se relayent pour
écrire une histoire policière plutôt déjantée. L'idée de Maxime Gillio, instigateur du projet, était de mettre à profit les statuts du réseau social (420 signes maximum espaces compris) pour en
faire une contrainte d'écriture.

Au total, plus de 80 auteurs (pour n'en citer que quelques uns : Franck Thilliez, Claude Mesplède, Max Obione, Paul Colize, Gilles Caillot, Aurélien Molas) vont se relayer pour savonner la planche
du suivant.

L'Exquise Nouvelle se suit en live sur le groupe Facebook qui lui est dédié : http://www.facebook.com/group.php?gid=111331728918274

Une compilation des statuts déjà mis en ligne est consultable à cette adresse : http://www.impossible-dictionnaire.com/FB/EN_Compil.php

Je vous invite à découvrir l'ovni se développer au jour le jour.

Merci et à bientôt !

David


jeanjean 18/09/2010 10:55



Bonjour,
merci pour l'info, je vais aller regarder ça de près, en tout cas l'idée est très sympa. A bientôt.


PS : j'ai relayé l'info.



cynic63 16/09/2010 17:40


Si je ne me trompe, Mac Kinty ne vient-il pas du Nord? C'est peut-être un détail mais je pense que ça doit jouer quand même étant donné les fractures entre les deux parties de l'île...


jeanjean 16/09/2010 19:28



tu as raison, McKinty est né en Irlande du Nord, mais il parle aussi beaucoup de Dublin dans son dernier roman traduit en France, des transformations de la ville, du
tourisme etc...



Alex 15/09/2010 09:05


( Ne rien dire sur la couverture... ne rien dire sur la couverture... Ne rien dire sur la couverture...gnnn...)

J'achète, surtout si, comme tu l'évoques, il nous dépeint son Irlande avec les tripes. Il faudra un jour que tu aille y faire un tour,Jean-Jean, tu ne seras pas déçu.


jeanjean 15/09/2010 10:03



hihihi...
et oui, faudra que j'aille me mettre au vert un jour, et voir mes cousins celtes !
@+



Rechercher