Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 13:59

... une "profession intermédiaire" et habitant à Paris intra-muros.

Non, il ne s'agit pas d'une petite annonce matrimoniale... mais du portrait-robot du lecteur (de la lectrice, pour le coup) de polars, d'après les résultats de l'enquête 2008 sur les pratiques culturelles des Français que le Ministère de la Culture et de la Communication vient de mettre en ligne.
Cette enquête de grande ampleur a lieu tous les dix ans environ (1973, 1981, 1989, 1997 et donc 2008) et permet de mesurer assez précisément - à l'aide d'une méthodologie solide à défaut d'être infaillible, évidemment - l'évolution des usages culturels (sorties et loisirs, écoute de musique, lecture etc...).

Le sociologue Olivier Donnat a donc ressorti le thermomètre, et le résultat des analyses n'est pas très réjouissant, en tout cas en ce qui concerne les pratiques de lectures.
Quelques données :
- sur 100 français de 15 ans et plus, 30 n'ont pas lu un seul livre au cours des douze derniers mois, contre 26 en 1997.
- de la même façon, le nombre de forts lecteurs (25 livres et plus lus au cours des 12 derniers mois) diminue et passe de 15 à 11%. Un chiffre à tempérer cela dit, puisque "cette tendance, dont l'origine est (...) bien antérieure à l'arrivée de l'internet, a continué à peu près au même rythme que lors de la décennie précédente". On se console comme on peut...
- sur 100 lecteurs ayant répondu à la question : "Au cours des 12 derniers mois, combien de livres avez‑vous lus environ, en tenant compte de vos lectures de vacances ? (On exclut les lectures professionnelles et les livres lus aux enfants)", on obtient un nombre moyen de livres lus de 16, contre 21 en 1997.
- plus inquiétant encore, à mon sens, "les différences entre milieux sociaux (...) ont eu tendance à se creuser au cours de la derière décennie du fait du décrochage d'une partie des milieux populaires, notamment ouvriers".
- une autre tendance qui se creuse, c'est celle entre les femmes et les hommes, qui étaient 30% à n'avoir lu aucun livre en 1997, contre 36% aujourd'hui, tandis que le chiffre passe de 24 à 25% pour les femmes. "Ces dernières sont donc plus nombreuses à lire des livres et de plus, quand elles le font, elles en lisent plus que les hommes (17 livres par an en moyenne contre 14)".


Pour revenir plus spécifiquement au polar - ou "romans policiers ou d'espionnage" comme il est mentionné -, on constate notamment que :
- c'est ce qui se lit le plus, juste après les livres pratiques (sur 100 personnes, 39 ont lu au moins 1 polar au cours des 12 derniers mois).
- il attire un lectorat majoritairement féminin (40% de femmes contre 37% d'hommes).
- le niveau de diplôme n'est pas déterminant pour cette littérature (cela confirme l'aspect populaire, plus accessible - moins intimidant ? - du polar).
- les premiers lecteurs de polars sont les "anciens ouvriers", avant ceux exerçant une "profession intermédiaire" et les "cadres et professions intellectuelles supérieures".

A la lecture des résultats, on se rend compte aussi que le polar ne crée guère de clivage significatif entre différentes catégories de personnes (que ce soit selon leur âge, leur lieu d'habitation, leur situation familiale...), au contraire par exemple de la bande-dessinée ou de la littérature classique. 


Des chiffres et des conclusions intéressantes donc, qui montrent une fois de plus que le polar a la cote, c'est certain, et je ne peux que m'en réjouir. Alors bien-sûr, je me doute que les thrillers, les romans d'espionnage ou "higginsclarkiens" (attention, je n'ai rien contre eux, c'est simplement que ce n'est pas ce que je préfère) occupent une grande part de ces "romans policiers ou d'espionnage", et que derrière une Vargas ou un Lehane, le roman noir est une portion congrue. Alors ? Alors raison de plus pour continuer à en parler !


cf notamment :
genres de livres lus le plus souvent
genres de romans (autres que policiers) lus le plus souvent
genre de livre préféré
nombre de livres lus au cours des 12 derniers mois

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans monde du polar
commenter cet article

commentaires

Le vent sombre 23/10/2009 10:35


Je ne pense pas seulement à des auteurs féminins de thrillers. Je crois que certains hommes écrivent en pensant d'abord à un public féminin, maniant un subtil équilibre entre violence, noirceur,
romance et mise en avant de personnalités féminines fortes aux fins d'identification.

Je ne pense pas que le gore effraie tant que cela les femmes (j'ai souvenir d'amies qui étaient dingues du cinéma d'horreur et d'épouvante dans notre jeunesse) et il y a des hommes qui détestent –
moi le premier – la complaisance de pas mal d'auteurs à l'égard de cette violence crue.

La « part d'insaisissable » existe bien sûr, par pour tous les livres. Beaucoup restent des yoghourts pouvant être vendus comme tels.


jeanjean 23/10/2009 20:32



Concernant cette complaisance à l'égard de la violence dont tu parles, c'est vrai qu'on le ressent beaucoup parfois. Et puis y a des auteurs qu'imaginent de ces
tortures ! L'ennui, c'est qu'ils sont obligés de surenchérir à chacun de leurs livres ou ceux de leurs collègues... Du coup, on a droit à des scènes aberrantes, voire carrément risibles !

Qui sait, on aura peut-être bientôt de nouveaux yoghourts, aromatisés "chick-lit & thriller" ! La recette ultime, quoi. "Aux alentours de la 5ème avenue, un dangereux psychopathe pourchasse
et dépèce les jeunes célibataires trentenairesde la bourgeoisie new-yorkaise alors qu'elles sont en train de faire leur shopping...." Tin tin tin...



Le vent sombre 22/10/2009 21:50


Il y a également un paquet de "thriller" amerlocains, grands-bretons, teutons et scandinaves (et autres) qui sont conçus pour drainer un public essentiellement féminin. Il n'y a qu'à regarder les
sorties chez les éditeurs non "spécialisés" dans le polar et lirent quelques-uns de ces ouvrages pour s'en rendre compte.


jeanjean 23/10/2009 09:51


Je suppose que tu penses aux Camilla Lackberg, Karin Alvtegen, Karin Fossum, Barbara Parker, Tess Gerritsen, Kathy Reichs ou autres... Tana French ?! C'est vrai qu'il
y en a un paquet. Je ne sais pas si ces auteurs visent spécifiquement un lectorat féminin quand elles écrivent, mais les éditeurs ont des stratégies marketing, c'est certain.
Ce qui apporte aussi une autre info : le public féminin serait moins rétif qu'avant à lire du thriller gore. Est-ce le même qui lit Elizabeth George et Anne Parry ? Un lectorat plus jeune ? ça
doit se recouper à certains endroits, impossible de délimiter des "groupes" parfaitement étanches. Et heureusement : on peut reproduire certaines recettes, mais il restera toujours une part
d'insaisissable. Les livres ne sont pas des yaourts (et là je sais ce que tu vas dire ! ;-) ).


Emeraude 22/10/2009 15:51


tiens j'aurai parié que les hommes lisaient plus de polar que les femmes !
En tout cas je suis ravie de voir que je ne tombe pas du tout dans la catégorie moyenne des femmes qui lisent du polar !


jeanjean 22/10/2009 17:58


Oui, on aurait tendance à répondre ça. Comme quoi... Je savais simplement que les polars historiques ont un lectorat très majoritairement féminin. C'est peut-être ce
qui fait pencher la balance...


holden 20/10/2009 15:28


les femmes les femmmes jean jean


jeanjean 21/10/2009 14:08


oui, là je connais (enfin un peu quand même) !


holden 20/10/2009 09:18


peux pas jean jean; le slip bresilien mais pas un string, inculte :))))


jeanjean 20/10/2009 15:08


excuse-moi, je ne suis pas très au fait en la matière. Par contre, toi tu sembles assez calé... et envoies-nous une photo ! ;-)


Rechercher