Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 00:00

Je me suis un peu endormi sur mon clavier ces derniers temps. Les jours qui s'allongent, l'été qui prend ses aises, on regarde distraitement un match de foot à la télé, on est gagné par la langueur et on ralentit ses mouvements, un peu comme les joueurs de l'équipe de France, quoi...
On ouvre quelques bouquins, on en referme certains, et on en finit d'autres comme ce très bon Jass de David Fulmer.


JassLa Nouvelle-Orléans, 1908.
Après l'affaire des meurtres de la Rose noire, relatée dans Courir après le diable (premier volume d'une trilogie, et réédité simultanément en poche), ce ne sont plus les prostituées qui tombent comme des mouches, mais des musiciens. En l'espace de quelques jours, quatre sont morts. Pas de quoi en faire toutte une histoire - pensez, quelques nègres à qui on aura réglé leur compte pour une histoire de femme ou de drogue... - sauf quelques musiciens qui poussent le détective créole Valentin Saint-Cyr à enquêter.  

Saint-Cyr travaille toujours pour Tom Anderson, qui règne sur la quartier chaud de Storyville, où s'entassent dans les cafés et les cabarets prostituées, truands, voleurs, opiomanes, ivrognes... et où résonne une musique nouvelle et sauvage :

"Le jass que jouait l'orchestre avait franchi Canal Street depuis un an à peine. Avant, on ne pouvait l'entendre que dans les bouges minables et les dancings de Rampart Street. C'était là que tout avait commencé avec Bolden et ses musiciens. Ils s'étaient emparés de cette musique venue des tripes que certains appelaient le blues, du ragtime, de la musique d'église, du cake-walk, et de tout ce qui leur tombait sous la main, pour en faire un mélange qu'ils déversaient par les pavillons de leurs instruments dévergondés. C'était une musique comme personne n'en avait jamais entendu, rugueuse et tapageuse, bruyante et rapide."

Si Charles "Buddy" Bolden a disparu du paysage - enfermé dans un hôpital psychiatrique où il passera le restant de sa vie -, on croise d'autres précurseurs comme Jerry Roll Morton, qui à cette époque pianote encore dans les bordels plutôt que dans les studios.


Niveau rythme, ce roman n'a rien d'un ragtime endiablé, et on peut reprocher à l'auteur de reprendre le même schéma que dans son précédent roman.

L'essentiel n'est pas là cependant, mais plutôt dans l'ambiance et dans la façon dont David Fulmer ressuscite une époque et une ville mythiques pour les amateurs de jazz, au son des orchestres et au gré des pérégrinations de Saint-Cyr à travers la ville, ses différents quartiers, ses bordels, son effervescence et sa population bigarrée - créoles, Noirs, quarterons, Blancs, métisses, italiens, miséreux, bourgeois, policiers... Un véritable chaudron où mijotent le crime, la corruption, le vaudou, et la musique, toujours la musique.
Quant aux femmes, c'est un monde bien dur pour elles, contraintes à la prostitution ou courant après un parti qui leur permettra d'assurer leur sécurité matérielle, à défaut de garder leur liberté...

La qualité du roman tient aussi à la personnalité de Valentin Saint-Cyr, à ses empathies, à ses faiblesses, à sa part d'ombre. Un personnage auquel on s'attache facilement et qui prend encore un peu plus d'épaisseur dans ce deuxième opus, notamment à travers sa relation avec Justine, une ex-prostituée hantée par son passé.


Un jass quelque peu académique mais qui ne manque pas de saveur, surtout si vous aimez le jazz et le "niou orlins". La suite pourrait bien se dérouler à Saint-Louis, un autre berceau du blues et une belle bal(l)ade en perspective.


Jass /
David Fulmer (Jass, 2005, trad. de l'américain par Frédéric Grellier. Rivages/Thriller, 2010)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans amérique du nord
commenter cet article

commentaires

Liberty Valence 02/08/2010 19:33


Salut! Je viens de finir le premier, à sa sortie en petit format, et pas fan, pas mal, mais pas fan!


jeanjean 03/08/2010 16:53



Salut,
si pas mal mais pas fan, alors tu peux te passer du second et passer à autre chose. Comme un p'tit Ken Bruen, hein ?! @+



Jean-Marc Laherrère 01/07/2010 11:04


Je viens de le commencer, mais la fatigue du mois de juin fait que je traine.
J'en recauserai donc après la coupure estivale, qui va intervenir dès demain !


jeanjean 01/07/2010 17:34



Moi aussi j'ai eu un p'tit coup de mou là, et de mon côté je "coupe" la semaine prochaine. Bonnes vacances.



Gwenaelle 30/06/2010 20:39


Je vais avoir du mal à résister à un roman qui parle de jazz... :-)


jeanjean 30/06/2010 23:27



Inutile de résister ! Et je te conseille de commencer par Courir après le diable, même si on peut les lire séparément. Bonne lecture !



Rechercher