Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 00:00

En villégiature dans les Alpes italiennes, la commissaire Simona Tavianello s'apprête à gâcher ses vacances et celles de son questeur de mari, embringuée malgré elle au milieu d'une bataille opposant un échantillon d'écolos radicaux à une entreprise de bio-technologie, accusée de décimer les colonies d'abeilles de la vallée, victimes du Colony collapse disorder (1).

La disparition soudaine...« Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre ». Que le présage soit ou non d'Albert Einstein, les abeilles ont un rôle primordial au sein de l'écosystème. Afin de vous épargner de brillantes mais néanmoins fastidieuses explications scientifiques (sic), je résumerais les choses ainsi (bien pratique, les syllogismes...) :
L'homme a besoin des plantes pour vivre
Les plantes ont besoin des abeilles pour les féconder

[donc] L'homme a besoin des abeilles.


A défaut d'échapper à la caricature - bons écologistes d'un côté et industriels cupides et pollueurs de l'autre (encore que Monsanto, pour ne prendre que cet exemple, est en soi une caricature) -, Quadruppani pose avec raison la question de la marchandisation du vivant et de l'éthique technologique, dans un monde où la recherche du profit supplante bien souvent l'intérêt commun, égratignant au passage les excès de la politique anti-"éco-terroriste" et la collusion Etat/multinationales.

Sa réponse est plutôt cocasse et (Attention ! éloignez les enfants, prévenez le Medef, chaussez vos tongs UMP...) discrètement subversive, à moins de ne pas distinguer l'allégorie de l'abeille ouvrière désertant la ruche et laissant la reine en plan...


On pourrait rétorquer qu'avant d'étaler ses théories politico-économico-gauchisantes, un roman se doit d'abord d'être bien écrit
. Ca tombe bien, il l'est, et mêle agréablement légèreté de ton et sujet de fond. D'une prose fluide et sinueuse que d'aucuns trouveront aprêtée, d'autres simplement élégante : reste qu'on ne trouve pas à tous les coins de gondoles un auteur capable de manier l'ironie ou l'anastrophe (je viens de m'abonner à Figures de style magazine) avec autant d'aisance.

Ajoutez encore
une bonne dose d'hédonisme (l'amour de la bonne chair et des rondeurs féminines) un soupçon de libertinage et une jolie brochette de personnages secondaires, ingrédients déjà généreusement présents dans Saturne, premier volet des aventures de la Tavianello (2).
En parlant de tête de gondole, rappelons au passage - ça ne coûte rien - qu'il n'est pas interdit de réfléchir lorsqu'on lit un polar, en plus de se divertir.


La disparition soudaine des ouvrières / Serge Quadruppani (Ed. du Masque, 2011)



(1) ou "syndrôme d'effondrement des colonies d'abeilles", phénomène encore inexpliqué et d'ampleur endémique qui ne laisse pas d'inquiéter la communauté scientifique. Mr Wikipédia vous fournira volontiers quelques renseignements de base, ici.

(2) les séances gastronomiques ou les revigorantes disputes conjugales de Simona rappellent évidemment celles de Montalbano, le personnage de Camilleri dont Quadruppani est le traducteur en France.

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans france
commenter cet article

commentaires

Jean-Marc Laherrère 23/09/2011 16:38


Carl Hiaasen !!!!


jeanjean 23/09/2011 21:44



Catégorie écolo-rigolo !



alain 22/09/2011 20:52


J'ai bien aimé aussi. On n'a pas souvent l'occasion de lire des polars "écolos"


jeanjean 23/09/2011 14:33



On pourrait citer Edward Abbey et son Gang de la clef à mollette, Pascal Dessaint pour Cruelles natures voire Les derniers jours...,
Hélène Crié-Wiesner... En cherchant un peu on devrait pouvoir en trouver d'autres. @+



Jean-Marc Laherrère 22/09/2011 11:38


Comme je l'ai écrit chez Cynic, belle synchronisation des chroniques. Et moi les patrons de labo (puisqu'il s'agit bien des patrons ici) le ne les trouve pas caricaturaux, il serait même un peu
gentil avec eux à mon goût ...


jeanjean 22/09/2011 18:23



Tu aurais préféré qu'il les fasse macérer dans un bain de Roundup jusqu'à ce que mort s'ensuive... ^^



cynic63 22/09/2011 07:23


Tout à fait d'accord Jeanjean...C'est vrai que Colchiques... est également un excellent roman. Quelle écriture ce Quadru...


jeanjean 22/09/2011 18:19



Et ça change un peu des écritures très hachées (avec énièmes retours à la ligne en prime) dont beaucoup abusent parfois.



Yan 21/09/2011 13:19


Je n'ai encore jamais lu un roman de Quadruppani et, plus ça va, plus je me dis qu'il va falloir que je m'y mette. Belle chronique et superbe exploitation de Figures de style magazine.


jeanjean 21/09/2011 22:35



Si tu veux je te parraine (en plus je gagne un grille-pain)...
Trêve de sérieux, Quadruppani mérite un détour, pourquoi pas en passant par Saturne ou, moins champêtre qu'il n'y parait, Colchiques dans les
prés.



Rechercher