Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 00:00

Que diriez-vous d'un peu de légèreté, de soleil, de galéjade, de quoi oublier un moment vos tracassins ou l'hiver qui n'en finit pas ? Alors la compagnie de Montalbano me semble toute indiquée.



La piste de sableEn s'aréveillant ce matin-là, le commissaire Salvo Montalbano découvre sur la plage devant chez lui... un cheval mort. La bête, couverte de sang, a été cruellement battue à coups de barres de fer. Le temps d'appeler ses collègues, la carcasse a disparu !


Révolté par le martyre de l'animal, Salvo tient absolument à éclaircir ce mystère (son cheval de bataille, si j'ose dire...), et commence à fouiner du côté des courses clandestines et d'un monde équestre qui lui est totalement inconnu, où frayent ensemble parieurs, nobles, hommes d'affaires et... belles cavalières. La mafia, elle, n'est jamais très loin.

Pendant ce temps, des individus se mettent à le surveiller et à pénétrer chez lui comme bon leur semble, retournant tout mais ne volant rien. Qu'est-ce qu'ils peuvent bien chercher ? Le dottori ne voit pas. A moins que le Dr Pasquano ait raison et que sa mémoire, avec l'âge... A moins que tout se mélange dans sa coucourge et qu'il ait des oeillères...



Qu'est-ce qui fut de neuf à Vigata ? Rien que du vieux !  Les tergiversations amoureuses du vieillissant mais toujours sémillant Montalbano, ses "relaxantes engueulades nocturnes" avec Livia, le baragouinage de Catarella ("Absentement manquants ils sont, dottori"), les petits plats d'Adelina, la mer, cette Sicile si théâtrale et contrastée...

Et cette langue mista de Camilleri, mélange savoureux d'italien et de dialecte sicilien truffé d'expressions régionales locales, encore une fois excellemment rendue par la traduction de Serge Quadrupanni.

Et le charme est toujours là, on ne se lasse pas de Montalbano, à moins de se lasser du soleil, de la bonne chère, de la belle chair, et des bons romans policiers. De la vie, quoi...


La piste de sable / Andrea Camilleri (La Pista di Sabia, 2007, trad. de l'italien (Sicile) par Serge Quadruppani. Fleuve Noir, 2011)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans italie
commenter cet article

commentaires

Gwenaelle 14/01/2011 07:50


C'est toujours un plaisir de retrouver ce "vieux" Salvo et les saillies de Cataré! Merci pour cette bonne idée...


jeanjean 14/01/2011 09:51



De rien, et on a encore du plaisir à venir, puisque qu'il reste plusieurs Montalbano à traduire. @+



Pierre FAVEROLLE 13/01/2011 20:14


Salut Jeanjean, je n'ai jamais lu de Montalbano. Aurais tu un petit conseil pour commencer ?


jeanjean 13/01/2011 22:02



Salut Pierre,
bienheureux, tu es ! Tu vas avoir le plaisir de découvrir Montalbano. Il y a une vingtaine de titres, la plupart traduits en France (pratiquement tous réédités en poche). Tu peux commencer par
les premiers, La forme de l'eau, Le voleur de goûter... Même s'il est difficile d'en sortir du lot, j'ai un faible pour L'odeur de la nuit et Le tour de la
bouée.
@+



Richard 13/01/2011 19:45


Pas encore rendu de ce côté-ci de la "Grande Bleue Atlantique", comme toujours, j'attends le dernier Montalbano avec impatience, appétit et plaisirs anticipés ...
Amitiés !


jeanjean 13/01/2011 21:54



on a toujours du 'pétit pour Montalbano ! Amitiés.



Rechercher