Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 09:49

Nous voici de retour sur les contreforts des Big Horn Mountains, dans le Wyoming.

Il s'est écoulé un mois à peine dans la vie du bon et bourru shérif Walt Longmire, depuis ses mésaventures narrées dans Little Bird. La tempête de neige forcit, le sol durci refuse toujours d'accueillir les morts, qui ont une fâcheuse tendance à se multiplier dans cette région pourtant peu peuplée. Si Noël approche, il n'y aura pas de trêve des confiseurs pour Walt et son équipe !

 

camp des mortsUne vieille femme vient de mourir à la maison de retraite, quoi de plus tristement banal ? Mais Lucian, l'ancien shérif, ne l'entend pas de cette oreille et exige une autopsie. Pourquoi ?
Walt accepte, sans se douter encore qu'il vient de déterrer une histoire vieille d'un demi-siècle. Un passé lourd de drames familiaux, de secrets enfouis et de plaies jamais refermées.


On retrouve tous les ingrédients qui faisaient déjà la saveur de Little Bird : une intrigue prenante et bien construite, des personnages attachants - au premier rang desquels ce shérif... désarmant de bonté, de courage, de maladresse, et d'empathie pour les vivants comme pour les morts -, et puis ces paysages grandioses du Wyoming, la neige, la glace, le vent, et la primauté de la nature sur l'homme.

Petite réserve... indienne.
Ou plutôt un regret : celui de passer un peu moins de temps en compagnie d'Henri Standing Bear et de ne pas en apprendre autant sur la culture cheyenne que dans Little Bird.


Mais qu'est-ce qui plaît donc tant dans les histoires de Craig Johnson ? Sûrement sa manière tendre, drôle et pudique de faire à la fois l'éloge de l'amitié, des hommes et des lieux qui les habitent, ici ces grandes étendues sauvages qui les confrontent et les construisent, sans artifices ni faux-fuyants. Et la sincérité, c'est aussi ce qui caractérise les romans de cet écrivain.


On dit souvent que le plus dur pour un écrivain, c'est de "confirmer" avec le second roman, et Johnson s'en tire bien, même si personnellement je trouve ce Camp des morts un (petit) cran en-dessous de Little Bird.

Ce qui ne m'empêche pas d'attendre la suite avec impatience...


Le camp des morts /
Craig Johnson (Death Without Company, 2006, trad. de l'américain par Sophie Aslanides. Gallmeister, Noire, 2010)


PS : Craig Johnson fait actuellement sa promo en France. Pour avoir rencontré et écouté le bonhomme, je ne peux que vous conseiller d'aller le voir, si vous avez l'occasion. Le programme est sur le site des éditions Gallmeister.

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans amérique du nord
commenter cet article

commentaires

Aurore 05/05/2010 22:40


C'est un fait: Henry Standing Bear manque un peu au paysage... Mais quel pied de retrouver le shérif poète et balourd!


jeanjean 11/05/2010 14:04



J'suis bien d'accord, et j'espère qu'on le verra un peu plus dans le troisième opus. Ah, si seulement je n'étais pas une telle bille en anglais, j'aurais déjà pu me
faire une idée !



Liberty Valence 15/04/2010 20:29


Je ne peux qu'aquiescer à ton propos, à tes propos, et bien que moins envoutant, ou dramatique que Little Bird, je vote pour Craig à 100%!


jeanjean 16/04/2010 14:16



Craig Président !! ;-)
Et oui, on a beau trouver le second un peu en-dessous, on retrouve une ambiance et des personnages attachants, si bien qu'on attend le 3ème de pied ferme !



Emeraude 15/04/2010 11:57


je suis d'accord avec toi avec le 'cran en dessous' mais ça ne m'empêchera pas de lire les suivants ! Et c'est vrai que l'auteur, que j'avais déjà rencontré une fois mais avec qui j'ai eu
l'occasion de discuter au quai du polar à Lyon, est très sympa et ouvert et il parle tellement bien de ces livres que forcément, on va lire la suite :-)


jeanjean 15/04/2010 13:48



L'as-tu vu sans son chapeau ?! Quand je l'avais vu à St-Malo l'année dernière, il ne l'avait pas quitté !



Ladis 13/04/2010 18:45


Je voulais dire "du" très gros et non pas "de" très gros. Désolé


jeanjean 13/04/2010 18:49



tu ne parlais donc pas des "très gros" américains ?! :-)



Ladis 13/04/2010 18:43


Bravo encore à l'ami Johnson, une réussite. Je dirai que cette une très très belle confirmation. Différent du précédent, apportant plus de lumière sur des personnages déjà bien campé. J'ai
peut-être encore mieux apprécié celui-ci. Mais bon, ça ce joue à pas grand chose et c'est de toute façon de très gros.


jeanjean 13/04/2010 18:47



d'accord avec toi, même si j'ai préféré le premier, les personnages prennent de l'épaisseur et on a toujours autant de plaisir à les cotoyer. Atmosphère
atmosphère...



Rechercher