Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 00:00

"Dans chaque famille, il y a quelqu'un qui paie son tribut pour que l'équilibre entre ordre et désordre soit respecté et que le monde ne s'arrête pas." (Mal de pierres, Milena Agus)


Auteur de l'excellent Les feuilles mortes, tombées l'année dernière, Thomas Cook continue d'explorer Les liens du sang. Des liens comme des noeuds inextricables, qu'il faut parfois, pour s'en défaire, trancher violemment.


nullDavid Sears a grandi sous la coupe d'un père schizophrène et dans l'ombre d'une soeur surdouée. Avocat dans une petite ville, il mène aujourd'hui une vie paisible auprès de sa femme et de sa fille Patty, 15 ans.

Mais pour l'heure, il est assis devant un inspecteur de police, lui faisant le récit des circonstance qui l'ont mené jusque-là. Tout a débuté quand Jason, le fils de sa soeur Diana, atteint de schizophrénie précoce, s'est noyé. L'enquête a conclu à un accident mais Diana n'a pas cru à cette version, et a accusé son mari d'avoir tué leur fils.

Au début, David ne s'est pas inquiété outre mesure, estimant qu'avec le temps sa soeur surmonterait le choc et oublierait ses lubies. Mais le comportement de Diana - obnubilée par d'anciens meurtres rituels et des phénomènes paranormaux - est de plus en plus étrange et irrationnel. Serait-elle "comme son père" ?
Quand elle embarque l'influençable Patty dans ses délires paranoïaques et morbides, David est forcé d'agir.


Le thème de la famille, comme je le dis plus haut, occupe une place prépondérante. Où il est question de notre rapport aux êtres aimés, des liens qui nous rattachent au frère, au père, à l'enfant, à la soeur. Et des secrets, des non-dits, des frustrations, des joies qui les consolident ou les effilochent.

L'auteur reprend aussi le même procédé narratif : comme Eric Moore, le narrateur des Feuilles mortes, David Sears est un homme ravagé qui a vu tout s'écrouler autour de lui, impuissant, et victime d'une succession d'événements mineurs, dont la force motrice s'accumule et tourbillonne jusqu'à l'engloutissement final.


Usant du même registre, Les liens du sang a cet air de déjà-vu qui en fait un roman bien moins captivant que Les feuilles mortes - dont l'histoire, partant d'un fait banal, presque d'un malentendu, s'avérait d'autant plus prenante.

Il n'en reste pas moins que Cook sait y faire pour faire monter la tension et entretenir le suspense, creusant l'abîme à la petite cuillère, lentement, presque imperceptiblement, jusqu'à ce que tout à coup, on sente le sol s'échapper sous nos pieds.


Les liens du sang / Thomas H. Cook (The cloud of unknowing, trad. de l'américain par Clément Baude. Gallimard, Série noire, 2009)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans amérique du nord
commenter cet article

commentaires

pimprenelle 28/01/2010 13:52


Je n'ai encore jamais lu cet auteur, il vaut sans doute mieux que je commence par Les feuilles mortes, non?


jeanjean 28/01/2010 17:50


Pour ma part, c'est celui que j'ai préféré, même si c'est difficilement comparable avec Les rues de feu par exemple.
Mais lis Les feuilles mortes plutôt que Les liens du sang, oui.
Bonne lecture !


Anjelica 25/01/2010 16:02


C'est bien ce que je pensais et je crois finalement avoir compris que le frère est peut-être schiso, lui aussi ?


jeanjean 26/01/2010 10:49



en espérant que les gens qui ne l'ont pas lu ne lisent pas les commentaires ;-) : oui, je crois bien que le frère a lui aussi pété un câble !



anjelica 24/01/2010 22:31


je viens de le finir et comme vous j'ai préféré 'les feuilles mortes'. Néanmoins cela reste un bon suspens psychologique même si je ne suis pas sûre d'avoir bien compris la fin ...


jeanjean 25/01/2010 14:46



Je crois aussi me rappeler que Cook ne dit pas les choses de façon claire et nette. Mais il me semble que la soeur n'est pas si parano que ça
finalement...



cynic63 20/11/2009 16:56


je ne vais pas renoncer, à celui-là pour l'instant. Par contre, les traducteurs pourraient se montrer un peu plus originaux car ça fait déjà vu les titres de Cook...


jeanjean 20/11/2009 23:27


c'est vrai que ça fait un peu rebattu, et les liens du sang n'a pas grand-chose à voir avec le titre original. Mais traduire The cloud of unknowing
n'est pas très aisé d'un autre côté...


cynic63 20/11/2009 08:50


J'en suis au tiers mais pas convaincu pour l'instant...J'attends cependant car ce ne serait pas la première fois que je "décollerais" après une première impression mitigée...


jeanjean 20/11/2009 16:48


ça met un peu de temps à se mettre en place, à "happer" le lecteur, enfin tu verras bien. Dans tous les cas, que cela ne te dissuade pas de lire Les feuilles
mortes...


Rechercher