Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 00:00

"L'entreprise, c'est secret ", écrit Marin Ledun, qui s'applique ici à lever un coin du voile. Prenant pour cadre une plate-forme de télé-opérateurs et empruntant la voix d'un médecin du travail, il aborde avec une rare acuité et une colère salvatrice la question de la souffrance au travail.

Les visages écrasésConfrontée quodiennement au
délabrement physique et psychique des salariés, réceptacle de leur désespoir - jusqu'au trop plein -, débordée par l'ampleur de la tâche, le Dr Carole Matthieu est au bout du rouleau. Gavée au régime dissocié psychotropes/tranquilisants, se heurtant systématiquement au déni ou au cynisme de la direction, elle en vient à abréger les souffrances de ses patients.

Faire d'un médecin un assassin ? Le choix d'axer l'intrigue sur ce personnage était risqué mais s'avère finalement judicieux. D'une part parce qu'il apporte une dynamique au récit (bien que ses nombreuses tergiversations puissent lasser), d'autre part parce que le médecin du travail est un vecteur idéal dans ce contexte, simultanément acteur et témoin de la vie de l'entreprise. 


A la fois terriblement lucide et en pleine confusion,  perdant progressivement le contrôle d'elle-même et de ce qui l'entoure, elle est obsédée par sa "mission" : réunir des preuves, hurler la vérité à la face du monde. Rapports d'expertise, notes, évaluations... Tout est là.
Les faits : pressions et humiliations, ordres et contre-ordres, suspicion et flicage, mutations forcées, objectifs inatteignables. Les résultats : idées noires, perte de confiance, insomnies, burn-out, dépression, pulsions auto-agressives. Suicides.

Ce que montre Marin Ledun, au-delà des rôles interchangeables de bourreau et de victime, de manager et d'employé, c'est que le véritable problème ne provient pas de quelques individus, aussi mal intentionnés soient-ils, mais obéit à un système. "Le problème c'est l'organisation du travail et ses extensions". Les lois comptables et à la rationalisation extrême du travail soumettant des salariés pressurisés et réduits à l'état de machines-outils.


Le prologue et l'épilogue, saisissants à souhait, encadrent un récit minutieusement élaboré et particulièrement oppressant, servi par un style lapidaire d'où s'échappe un sentiment d'urgence. Urgence à dire, à montrer, à stopper le carnage.
Surtout, Les visages écrasés a le mérite de nous faire percevoir avec force un phénomène qui, bien que largement (mais superficiellement) relayé dans les médias, demeure une relative abstraction, difficile à saisir dans sa mécanique brutale.



Conseil(s) d'accompagnementL'enquête de Philippe Claudel ainsi que Retour aux mots sauvages de Thierry Beinstingel (qui s'intéresse plus particulièrement au phénomène de la novlangue et de ses effets pervers) traitent sensiblement des mêmes thèmes.


Les visages écrasés / Marin Ledun (Seuil, Roman noir, 2011)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans france
commenter cet article

commentaires

Alex 23/04/2013 04:07

Mais, bon, allez, je vais tenter de m'accrocher malgré tout. Je sors de "Aucune bête aussi féroce" de Bunker, qui m'a collé une bonne claque.

Alex 23/04/2013 03:58

" Le Beretta 92 est là où je l'ai caché ce matin, en prenant mon service. Tiroir du bas. Sous une pile de rapports d'expertises. Une arme sordide et belle. Captant et capturant la lumière comme une
toile de Soulages. Etonnamment lourde pour sa taille. Je lève les yeux : il est 20 heures."

Pfff.... J'ai le droit de dire que c'est très mollement écrit ? En tout cas, le prologue m'a saisit surtout de sommeil et c'est mon oreiller qui est écrasé pour le coup... Tombé des pognes à la
20ème page.

Frédéric 14/06/2011 19:39


En attente de lecture... je l'ai acheté après que ma femme m'ait raconté ce que tu en avais pensé, ça dépote velu apparemment !?


jeanjean 15/06/2011 12:42



Ecoute ta femme. ;-) Tu me diras ce que t'en penses (j'aime bien le "ça dépote velu" !). @+ Fred.



holden 13/05/2011 13:37


j'adorrrrrrrreeeeeeeeeee


jeanjean 13/05/2011 20:34



On dirait bieeeeeeeeeeeen
^^



Pierre FAVEROLLE 04/05/2011 20:55


Salut Jeanjean, déja noté à son annonce, confirmé par le billet de Jean Marc et devenu urgent par le tien. Evidemment je vais le lire. Zut ! je viens de le prêter ! Un bouquin que beaucoup de gens
me demandent au boulot !


jeanjean 05/05/2011 10:03



Salut Pierre, bon bouquin, pour un sujet que l'auteur tient manifestement à coeur. Dis donc, j'espère que tes collègues sont pas dans le même état que ceux du
roman...



Rechercher