Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 00:00

"Vous comprenez ça vous-même. S'il restait vivant, il n'était qu'une source d'ennuis." 

Publié à la Série Noire dans les années 50 (certainement dans une version tronquée), Noires sont les ailes de mon ange (sacré titre, quand même...) est aujourd'hui réédité chez Rivages, dans une nouvelle traduction. C'est le seul roman publié en France d'Elliott Chaze (1915-1990), journaliste et romancier américain encensé notamment par Bill Pronzini.


Noires sont les ailes de mon angeL'histoire est simple et rassemble quelques grands thèmes du roman noir : cavale, braquage et femme fatale. Qui dit fatale dit fatalité, et celle-ci pèse comme une enclume sur le récit de Timothy Sunblade, qui raconte rétrospectivement ce qui l'a amené là - au fond d'une cellule ou d'un puit, vous le saurez à la fin.

Récemment évadé de prison, Tim rencontre Virginia, une call-girl en fuite. Il pensait l'abandonner assez vite, au bord d'une route ou dans une station-service. Mais on ne croise pas tous les jours ce genre de femme, capable d'éclipser toutes les autres en une seconde. Tim a le démon dans la peau, et dans la tête un plan génial pour gagner beaucoup d'argent très rapidement. L'issue, bien-sûr, sera funeste.



Reposant principalement sur la relation passionnelle, ambivalente entre les deux protagonistes, chacun entraînan
t l'autre dans sa fuite en avant, ce roman nous propose aussi une petite virée dans une Amérique des fifties bien propre sur elle dont Chaze écorne au passage le mode de vie et les valeurs - "J'ai payé un mois d'avance à l'agent immobilier. Il dit qu'il espérait que Milligan Street nous plairait, et que lui-même avait vécu là, autrefois. Il donnait l'impression que je pourrais moi aussi me hisser vers une rue plus chic, si je faisais attention, si je me couchais tôt, si j'arrosais suffisamment ma pelouse."

Malgré quelques longueurs, Noires sont les ailes de mon ange est un solide polar aux allures de classique, même s'il a du mal à soutenir la comparaison avec un David Goodis ou un James Cain (le rapprochement est de Manchette), notamment au niveau de la dimension tragique, voire métaphysique. Chaze fait tout de même un bon sparring-partner, et c'est déjà pas mal.


Noires sont les ailes de mon ange / Elliott Chaze (Black Wings Has My Angel, Série noire, 1954 ; nouv. traduction de l'américain par Christophe Mercier, Rivages/Noir, 2011)

PS : ce roman a été adapté en 1990 par Jean-Pierre Mocky sous le titre Il gèle en enfer.

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans amérique du nord
commenter cet article

commentaires

Bruno 30/04/2011 09:35


Pour être franc je ne connais pas ( encore ) l'auteur, et j'ai acheté ce roman il y a quelques semaines, uniquement à cause du titre que je trouve magnifique! le genre de bouquin que j'achète comme
ca sur un coup de coeur, un titre, une couverture... Reste maintenant pour moi à le découvrir!


jeanjean 01/05/2011 11:21



Peut-être auras-tu un autre point de vue, j'irai voir ça. @+



christophe 28/04/2011 09:29


Yes, vraiment un excellent bouquin, carré comme on les faisait à l'époque, avec aussi, une analyse entre "gens de l'Ouest" et "gens du Sud"... j'aime vraiment, tout comme la réédition du Charles
Williams chez Rivages en début d'année...


jeanjean 28/04/2011 17:42



et en parlant de rééditions, ce serait bien que Gallimard fasse le même boulot que Rivages, et ne se contentent pas de ressortir le bouquin avec la traduction
toute moisie d'il y a 50 piges. J'essaierais de choper le C. Williams.



Rechercher