Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 00:00

"Nous ne savons pas qui nous sommes (...). En tant que Noirs, nous avons absolument besoin de découvrir qui nous sommes".

Lauréat du Grand Prix du Roman noir étranger au Festival de Cognac, Nous avions un rêve est certainement le plus dense, le plus abouti des romans de Jake Lamar, et l'un des meilleurs romans noirs publiés en France ces dix dernières années, tout simplement.



nous avions un reveMelvin Hutchinson est un Noir qui a réussi, un exemple pour sa communauté. A force de travail et d'abnégation, il a gravi un à un les échelons. Avocat, puis juge, il occupe désormais le poste de Ministre de la Justice.
Bénéficiant d'une extraordinaire cote de popularité, il incarne à lui seul la lutte contre le crime. Après avoir instauré des centres de rééducation pour toxicomanes et rétabli la pendaison pour les condamnés à mort (les exécutions sont d'ailleurs publiques et retransmises à la télévision), "Hutch-la-Potence" pourrait bien devenir le premier Président noir des Etats-unis.

Autour d'Hutchinson gravitent une constellation de personnages reliés les uns aux autres au fur et à mesure du récit, et qui, chacun à leur manière, éclaire l'une des facettes de la question raciale aux Etats-Unis, un thème omniprésent dans l'oeuvre de Jake Lamar.

Une question complexe, à laquelle chacun répond de manière très différente : Seth est un Blanc fasciné par les Noirs depuis l'enfance, tandis qu'Alma refuse de choisir un camp, quitte à être rejetée par sa communauté ; certains nourrissent leur rancoeur, d'autres, comme Rashid, tombent dans la radicalité, enfermés dans leur haine anti-Blancs.


Qu'est devenu le rêve de Martin Luther King ?
Tout en retracant l'histoire récente des Afro-américains, depuis la lutte pour les droits civiques jusqu'à nos jours, l'auteur dépeint une société américaine encore profondément raciste, où les individus sont d'abord déterminés par leur race, plutôt que par leur culture, leur milieu social ou leurs talents -,
il donne aussi à voir comment une partie des Noirs ont cultivé les clivages raciaux et retourné l'arme du préjugé contre les Blancs, enfermés dans leurs contradictions, se fourvoyant dans la victimisation, l'ethnocentrisme, le repli sur soi ou le communautarisme.

Une démonstration intelligente et toute en nuances, à travers une construction narrative impeccable et des personnages magnifiquement ambigus, qui incarnent une part de l'équation sans pour autant perdre de leur personnalité ni de leur libre-arbitre.


Au-delà des enjeux raciaux, Nous avions un rêve est un sidérant (et effrayant) roman d'anticipation politique. Publié aux Etats-Unis en 1996, cette dystopie préfigure le règne des néo-conservateurs d'un gouvernement Bush particulièrement réactionnaire, paranoïaque et impérialiste.

"Ampleur et profondeur", tel est le vade-mecum inculqué aux journalistes du Times Magazine, où Jake Lamar a travaillé pendant quelques années. Pour son premier roman, il a bien retenu la leçon.


Nous avions un rêve / Jake Lamar (The Last Integrationnist, 1996, trad. de l'américain par Nicholas Masek. Rivages/Thriller, 2005)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans amérique du nord
commenter cet article

commentaires

Pierre FAVEROLLE 10/06/2010 18:16


Salut JeanJean
Ce roman est un monument, c'est celui qui m'a décidé à lire tout Jake Lamar (même si les récents sont moins bons). Tu aurais pu ajouter aussi (excuse moi cette critique)un formidable portrait d'un
homme enfermé dans ses convictions et confronté à ses erreurs. Merci d'en avoir parlé en espérant que beaucoup d'autres le lisent pour avoir plus de recul sur notre vie d'aujourd'hui. Jake Lamar a
prouvé qu'il était un grand, et j'attends, en fan, de vibrer sur un de ses prochains livres autant que sur celui là.


jeanjean 10/06/2010 22:23



Salut,
d'accord avec toi, ses derniers romans n'ont pas la même puissance, et tu fais bien de souligner (tu es tout excusé) ce personnage d'Hutchinson, qui vaut à lui seul le détour. Je crois que son
prochain roman est complètement différent de ce qu'il a écrit jusqu'à maintenant, mais j'en saurai plus demain.



Alex Ram 10/06/2010 17:49


Putain merde tu fais chier Juan-Juan... ça fait un peu court là pour le lire avant demain soir.... Bon, pas grave : j'aurais plaisir à le lire à partir d'après-demain !


jeanjean 10/06/2010 22:20



Après la rencontre avec Jake Lamar, je suis sûr que tu auras envie de le lire !



Rechercher