Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 00:00

On a tellement l'habitude de voir "Serge Quadruppani" après la mention "traduit de l'italien par" qu'on en oublierait presque que le traducteur de Camilleri, Evangelisti ou De Cataldo est aussi l'auteur d'excellents romans noirs. Saturne, le dernier en date, ne déroge pas à la règle.



SaturneCe jour-là, Aldo, flic à la retraite, fait une sieste réparatrice "sous un olivier, dans un grand désordre de racines rugueuses", en compagnie d'un chat, d'un âne, d'un lapin et d'un chien.

Ce jour-là, Maria et Giovanna, Roberto et Frédérique, Domenico, Rita et leurs deux enfants sont venus, parmi tant d'autres, prendre les eaux à Saturnia, des thermes situés dans la campagne toscane.

Ils vont perdre une femme, une maîtresse, une mère : ce jour-là, un homme armé fait irruption dans l'établissement et abat froidement trois personnes avant de s'enfuir.

Ce jour-là, un détective français présent sur place pour une affaire d'adultère a filmé les lieux avant la fusillade. Il est bientôt engagé par les proches des victimes et... le tueur à gages - "un rebondissement comme aucun auteur de polar sérieux n'aurait osé inventer" !

La cavalerie débarque, branle-bas de combat : Ministre, policiers, carabiniers, responsables des différents services de la sécurité intérieure accompagnés de leurs éternelles rivalités. Un document laissé par l'assassin mène tout droit à la piste Al Qaïda. Une piste un peu trop balisée pour la commissaire Simona Tavianello, qui a hérité de l'enquête. Dès le début, elle a d'ailleurs la désagréable impression d'être menée par le bout du nez, comme si on avait intérêt à ce que cette histoire rejoigne très rapidement le long cortège d'affaires jamais véritablement élucidées de l'histoire italienne.
 

On comprend rapidement que cette affaire dépasse le commun des mortels, pour atteindre les hautes sphères, comme on dit. Il est question d'"hedge-fund", de "subprimes", de crise financière et d'enjeux colossaux ; il est question des intérêts parfois confluents des mafias et des multinationales, qu'on n'arrive plus vraiment à distinguer les unes des autres, soit dit en passant ; il est question du rôle opaque joué par des hommes d'affaires et des intermédiaires.
Il est question d'un système économique qui se nourrit de ce qu'il produit, comme le dieu Saturne dévorant ses enfants.




Vous vous attendez à un thriller qui démonterait un à un les ressorts d'un complot mondialisé, pour nous livrer sur un plateau (disons celui de la Justice) les noms des responsables ? Perdu.

Les parasites, il les laisse s'entre-zigouiller et, plutôt que de démonter laborieusement les rouages de quelque service secret ou de la finance mondiale, Quadruppani se pose en quidam moyen (qui est toujours le dindon de la farce, au bout du compte), près de ses personnages, et nous livre simplement sa vision du monde et de l'époque.
Qui ne prêtent pas vraiment à rire, d'accord, mais ce n'est pas une raison pour se morfondre, semble-t-il nous dire, en maniant à merveille l'humour (cette"politesse du désespoir" comme disait je-ne-sais-plus-qui) et l'ironie - tendre ou féroce -, sans oublier cette pointe d'épicurisme et de cocasserie qui donne tout son sel et sa vigueur au roman.
En prime, on a même droit à une entrevue avec le "Maestro" Andrea Camilleri !



Et quand l'un de ses personnages se dit : "... car la littérature disposait de plus de moyens que le journalisme ou l'enquête policière pour dire la vérité d'une époque. Quant à savoir si les littérateurs savaient s'emparer de ces moyens, c'était une autre histoire", de notre côté on se dit, à lire ce roman plein d'esprit et fichtrement bien écrit, que Quadruppani fait partie de ceux-là.


Saturne / Serge Quadruppani (Ed. du Masque, Grands formats, 2010)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans france
commenter cet article

commentaires

cathe 06/10/2010 09:50


Tiens je suis en train de le lire et je me régale :-)


jeanjean 06/10/2010 10:07



Bonne lecture !



Alex 06/10/2010 08:26


Ouaip ! Ou ici-bas, on pourrait l'appeler Vernon Sullivan ;-)


jeanjean 06/10/2010 10:07



Et dire qu'il va bientôt avoir droit aux honneurs de la Pléïade ! J'irai cracher sur vos tombes sur papier bible, je sais pas ce qu'il en aurait
pensé...



Alex 05/10/2010 20:34


Bison Ravi ( je-ne-sais-plus-qui )


jeanjean 05/10/2010 20:48



Boris Vian ? Ca colle bien au personnage.



cynic63 05/10/2010 19:46


Désolé pour le doublon de "parfois"


jeanjean 05/10/2010 20:14



Tu es absous. :-)



cynic63 05/10/2010 19:45


C'est peut-être un des meilleurs romans que j'ai lus ces derniers temps (avec Rupture de Lelic). Mais, je trouve que si Quadru ne nous livre pas, comme tu le dis, les coupables sur un plateau, il
organise bien quand même une certaine forme de démontage. En tous cas: de la verve, du style, de la concision et aussi une langue parfois extrêmement châtiée parfois (sans que ça fasse tâche). Une
sacrée claque!!!


jeanjean 05/10/2010 20:13



C'est vrai, il dévoile certains mécanismes, même si on sent bien que l'exercice de décorticage n'est pas le plus important. En tout cas il laisse les salauds se
dévorer entre eux, et c'est aussi bien.
"l'un des meilleurs romans que j'ai lus ces derniers temps"? Alors on est deux ! @+



Rechercher