Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 00:00

J'ai déjà eu l'occasion de vous dire du bien de Sébastien Gendron et de son Tri sélectif des ordures, un petit bijou de loufoquerie. Plus déjanté encore, c'est possible, et ça s'appelle Taxi, Take off & Landing. Attachez votre ceinture, rangez votre tablette et relevez votre dossier, le vol risque d'être perturbé.


Taxi, Take off & LandingHector Malbarr est en train d'admirer le parquet en bois marqueté du VIP Lounge de l'aéroport de Copenhague, quand arrive sur lui une vraie "bombe thermonucléaire",  "prodigieusement décolletée, outrageusement culottée, pornographiquement roulée".

Impossible de résister, malgré le signal d'alarme "danger" qui se met à clignoter. Oubliée l'insignifiante Glenda avec laquelle il s'apprêtait à convoler, Hector est prêt à suivre la plantureuse Angie jusqu'au bout du monde.

C'est justement là qu'ils vont : une île perdue des Caraïbes, où il fait connaissance avec une jeune femme de chambre pas farouche pour deux sous, un majordome doublemétrique en "costume short blanc" et l'hôte de ces lieux, un pastiche du Docteur No qui pense avoir kidnappé le fils de son ennemi juré, un célèbre agent secret de sa Majesté.

S'ensuivent moult péripéties, carabistouilles et mésaventures, un beau merdier pour ce nigaud d'Hector qui ne comprend pas la moitié du quart de ce qui lui tombe dessus, à commencer par ce drôle de nom dont on l'affuble : Jean Bond. "François Perrin" lui sierait mieux, soit dit en passant.

Tout va aller de mal en pis, de baffes en situations désespérées, jusqu'au spectacle pyrotechnique final, sobrement intitulé :"L'attaque des Ninjas- noirs contre Ramirez-le-terrible et ses Pue-la-sueur" !


Un peu de légèreté dans un monde de...
Vous l'avez compris, on est en plein délire, alors laissez-vous aller et profitez à plein de ce petit polar parodique et pétaradant truffé de références. Des scènes d'action dignes du Magnifique (rappelez-vous, Belmondo...), un méchant dont on entend d'ici le rire sardonique, une ambiance de série B qui lorgnerait vers le Z, avec rebondissements invraisemblables et effets spéciaux en carton-pâte.

Mais qu'est-ce qu'on se marre ! Surtout que l'auteur en remet une couche à chaque fois, qu'il a le verbe facile et quelques bons mots en stock. Le sens de l'équilibre aussi : il en faut dans cet exercice risqué du pastiche, ce fil tendu entre le "trop" et le "trop peu". Gendron a trouvé le ton et la mesure, et nous emmène jusqu'au bout sans qu'on se lasse de ses hénaurrrrrmes blagues !




Profitez-en aussi pour jeter un oeil sur le blog créé pour l'occasion. On reste dans la déconnade, bien-sûr, avec par exemple un fascinant making-off sur l'exigeant et mystérieux travail de l'écrivain (sic), ou la bande-annonce du livre, qui ferait passer les films de Steven Seagal pour du Woody Allen...
 



Maintenant,  passez donc au bouquin, et amusez-vous bien !


Taxi, Take off & Landing / Sébastien Gendron (Baleine, 2010)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans france
commenter cet article

commentaires

cynic63 25/10/2010 13:28


Beau tir groupé: trois bouquins délirants de suite. Un bon remède à la sinistrose tout ça...


jeanjean 25/10/2010 19:27



Exactement ! Et de quoi rigoler un peu entre deux bouquins plus "noirs".



Marin 22/10/2010 14:27


Je partage ton avis, Yann, ce roman est un bijou de loufoquerie et de références au roman noir et au ciné ou comment Sébastien Gendron nous propose de passer un bon moment sans avoir l'impression
de nous faire rouler dans la farine. On se prend à rêver que ce genre de roman connaisse un succès de bouche-à-oreille. En le lisant, j'ai aussi pensé, même si l'écriture est très différente, à Cul
de sac, de Douglas Kennedy, par le côté polongée infernale dans le giron d'une famille composée d'une fille fatale, d'un père protecteur et mégalo, en moins grinçant, sans doute. Un peu de U-Turn,
le film de Oliver Stone avec Sean Penn et J. Lopez, pour la siutation et l'humour noir décalé. Persuadé que ça ferait un bon film, tout ça. A signaler, au passage, l'excellent boulot de l'éditrice.


jeanjean 22/10/2010 16:07



salut Marin,
Concernant les références, personnellement j'étais content de voir mentionné Santiago Gamboa, et j'en ai aussi profité pour noter d'autres trucs que je ne connais
pas.
Pas vu le film dont tu parles, mais tu as raison pour Cul de sac, je n'y avais pas pensé.
Bon bouquin en tout cas, j'espère aussi qu'il marchera. Le bouche-à-oreille a l'air de fonctionner un peu, de site en site et de blog en blog. Peut-être que ça
débouchera sur un bon papier dans la presse spécialisée (et celle qu'a vraiment de l'audience), qui sait...
 



Richard 22/10/2010 12:42


J'aime bien m'amuser avec ce genre de roman ...
Une bonne lecture distrayante !
Je l'attends avec impatience.


jeanjean 22/10/2010 16:00



Rigolo, tu verras.



Alex 21/10/2010 19:20


Ahhh : Y'a un magnifique mannequin en mousse qui explose au milieu de la bande annonce !

Damned, ton billet me rappelle que je devais lire le " Tri sélectif"il y déjà bien des mois...


jeanjean 22/10/2010 09:21



Salut Alex,
si tu passes par Marseille, tu trouveras le Tri sélectif chez Aurél', c'est elle qui l'a. @+



Rechercher