Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 06:00

"Le défi lancé au lecteur.
Peut-être est-il un peu tard. J'espère évidemment que les lecteurs feront preuve de fair-play, mais je souhaite tellement qu'au moins un d'entre vous réussira à résoudre cette énigme que je ne peux m'empêcher de vous encourager avec ces quelques mots : il va sans dire que vous êtes désormais en possession de tous les éléments nécessaires. N'oubliez pas que la clé de l'énigme est limpide et qu'elle se trouve juste sous votre nez
." (Shimada Sôji, p.282)

Sous votre nez, sous votre nez... Facile à dire quand on a écrit la fin ! Bon, est-ce que j'aurais fini par trouver "la clé de l'énigme"? J'en doute, mais de doute façon je ne me suis pas apesanti, trop pressé de découvrir le fin mot de l'histoire.


Tokyo zodiac murderEn 1936, les corps de six jeunes femmes ont été retrouvés mutilés aux quatre coins du Japon, enterrés à différentes profondeurs. C'est leur père, le peintre Heikichi Umezawa, qui avait consigné dans un journal son macabre projet : prélever un "tronçon" sur chacune de ses filles afin de créer la déesse "Azoth", selon un rituel ayant trait aux signes du zodiaque.
Problème : Heikichi a lui-même été assassiné avant le massacre de ses filles, qui plus est dans une pièce fermée de l'intérieur.

L'affaire, très célèbre, n'a jamais été résolue et donne lieu, depuis quarante ans, à nombre d'interprétations, plus farfelues les unes que les autres.  

Jusqu'au jour où, à la faveur d'un témoignage écrit remis entre leurs mains, le détective amateur Kiyoshi Mitarai, assisté de son fidèle (et unique) ami Kazumi Ishioka, décide de s'y intéresser. La considérant comme un simple mais néammoins stimulant défi intellectuel, il fait même le pari d'élucider les crimes en une semaine. Alors que la police et le Japon tout entier échouent depuis tout ce temps ! Ne présume-il pas de ses formidables capacités d'analyse ? 


Voilà un duo qui rappelle  évidemment celui d'Holmes/Watson. Sherlock Holmes ? "
Cet anglais inculte et menteur, ce charmant cocaïnomane...?".
De la même façon, Tokyo Zodiac Murders descend d'une longue lignée de romans d'énigme, une tradition d'ailleurs fortement ancrée au Japon.
Et sans faire injure à John Dickson Carr ou Ellery Queen, il est d'ailleurs agréable de troquer les manoirs anglais pour le Japon de l'ère Shõwa, d'autant plus que l'auteur en profite pour évoquer (voire railler), au détour d'une phrase, l'évolution des moeurs et du mode de vie des japonais entre les années 30 et 70.


On découvre pour la première fois en France Soji Shimada, avec la traduction - d'après une nouvelle version - de Tokyo Zodiac Murders ; son premier roman, paru au Japon il y a une trentaine d'années déjà, et qui fait figure de classique.
Depuis, ce très prolifique auteur - né en 1948 et lauréat du Prix Edogawa Ranpo - a écrit plusieurs dizaines de romans policiers, dont une quinzaine mettent en scène le brillant et déconcertant Mitarai. 


S'il a réécrit son roman afin de gommer quelques maladresses, Shimada en a omis quelques unes à mon sens (je pense à quelques répétitions et longueurs, bénignes somme toute) et se montre parfois confus dans sa démonstration finale (prévoyez 2 aspirines page 328...). Mais il a surtout élaboré une intrigue particulièrement ingénieuse et qui conjugue les trois questions inhérentes au genre policier : Qui ? Comment ? P
ourquoi ?
Et puis, le voisinage entre les thèmes classiques (la chambre close) et contemporains (la figure du tueur en série) donne à son roman un charme étrange.

C'est pourquoi on passe volontiers sur les inévitables invraisemblances du récit, puisque seul compte finalement le plaisir du mystère... Saurez-vous le déchiffrer ? Et "n'oubliez pas que la clé de l'énigme est limpide et qu'elle se trouve juste sous votre nez."


Tokyo Zodiac Murders / Soji Shimada (Senseijutsu Satsujinjiken, 1981, trad. du japonais par Daniel Hadida ; préf. et entretien avec l'auteur de Roland Lacourbe. Rivages/Thriller, 2010)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans asie
commenter cet article

commentaires

molly 06/03/2012 14:23

oh là là c'est mon auteur préféré!!! Ce livre est le commencement d'un nouveau genre du polar au Japon, qui plus tard regrouperas des auteurs les plus populaires!! Et après la publication de ce
livre, l'auteur a tenté des différents styles et certains fans l'appellent ainsi le Pape!!

clément 02/05/2010 11:21


Je viens d'écrire ma critique sur ce livre... La solution est certes très ingénieuse mais qu'est-ce que la première partie est longue !Plus de 200 pages pour mettre en place l'intrigue... Je pense
que ça va en rebuter plus d'un !

Par contre j'ai beaucoup aimé la seconde partie agrémentée de nombreuses notes explicatives du traducteur très intéressantes !


jeanjean 02/05/2010 12:45



Comme tu dis, le roman décolle lentement, cela dit je me suis laissé entrainé sans problème et comme on a vraiment envie de comprendre le fin mot de
l'histoire...



clément 11/04/2010 20:19


Je suis dedans (page 100 environ) et bien qu'étant un amateur de romans d'énigmes je suis assez décontenancé devant celui-là qui me semble extrêmement compliqué!


jeanjean 12/04/2010 09:38



c'est vrai qu'il est assez complexe, et l'auteur s'amuse à empiler les écrans de fumée, parce qu'au final la réponse est relativement simple, et d'ailleurs, le
coupable est dans la liste donnée au début du roman. Bonne lecture !



Anne 18/02/2010 12:31


Bonjour !

Je viens de le finir et je l'ai trouvé assez sympa !! complexe aussi ... :)


jeanjean 18/02/2010 13:12


oui, assez complexe par moments. J'ai même relu plusieurs passages pour bien saisir où voulait en venir l'auteur. Les romans d'énigme, c'est pas trop mon truc mais
celui-ci est quand même assez ingénieux.


Hannibal 07/02/2010 23:56


Je viens de recevoir ce livre et voilà que je trouve là une chronique. Mais comment fait-il pour deviner quels livres je vais bientôt lire ?!!
Merci pour cette chronique en tout cas.


jeanjean 08/02/2010 10:02


J'ai des espions, mais chut... ;-)
J'irai lire ton billet, voir si on a le même avis.
@+


Rechercher