Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 00:00
Connaissez-vous la carte à gratter ? Moi, non, jusqu'à ce que je découvre, par hasard et littéralement ébahi je vous assure, le travail d'un illustrateur suisse appelé Thomas Ott.

Alors, de quoi s'agit-il ? Rien à voir avec la Française des jeux, non...!
Selon Mr Ouiquipédia, la carte à gratter remonte à l'Antiquité et désigne à la fois le support, la technique et l'oeuvre. Elle consiste, sur une surface blanche ou noire (alors recouverte d'encre de chine), à gratter à l'aide d'un ustensile adéquat (stylet, outils de gravure, lames, cutters...) afin de faire apparaître la couche inférieure et ainsi des motifs, en surimpression. Comme un "négatif", en quelque sorte. Et à voir rien qu'une image, on se dit qu'il doit falloir une patience et une minutie à toute épreuve.

Ott, lui, travaille sur des surfaces noires, et laisse donc apparaître le blanc au fur et à mesure qu'il "dessine".
Ses images en noir & blanc, fortement hachurées, ont une texture et un grain vraiment singuliers. Un peu comme des photos réalisées avec du film très sensible (les dinosaures de l'argentique me comprendront...).

Autre caractéristique de ses livres : ce sont des romans (ou nouvelles) graphiques plutôt que des bandes dessinées. Pas de bulles, pas de textes. Mais une attention toute particulière apportée aux plans et aux cadrages, de sorte qu'on a l'impression de suivre un film, où chaque scène succède à la précédente d'une manière absolument limpide.


Dans sa cellule, un condamné à mort trouve dans la Bible un petit bout de papier où il est inscrit 73304-23-4153-6-96-8. Le bourreau le fourrera négligeamment dans sa poche quelques minutes plus tard. Suivent une série de coïncidences : le tatouage d'un chien, le dossard d'un sportif vu dans le journal, un numéro de téléphone, tout correspond à la série de chiffres. Et notre homme va ainsi faire la rencontre d'une femme splendide et dévaliser le casino.

Mais si le nombre mystère peut apporter la fortune, il peut aussi vous envoyer à la chaise électrique. La chance s'évanouit, le destin s'acharne, jusqu'à vous ramener à la case départ...


Après la claque que je venais de prendre, je me suis précipité ni une ni deux sur un autre livre de Ott.
Si 73304-23-4153-6-96-8 appartient au registre du roman noir, Cinéma Panopticum, composé de courts récits, s'inscrit dans la veine fantastique et celle des Contes de la crypte version comics.

Une fillette arrive dans une fête foraine et, n'ayant que quelques sous en poche, échoue au "Cinéma Panopticum", un endroit désert où trônent plusieurs écrans. Elle glisse une pièce, et à chaque fois une histoire se déroule...

Un homme s'installe dans un hôtel étrangement désert. Sa chambre et son repas sont prêts. On sent un piège, mais on est loin d'imaginer un dénouement si... kafkaïen.
Un catcheur répond au défi d'un adversaire qui n'est autre que la Mort ; un prophète ayant reconstitué un mystérieux objet, sort dans la rue et annonce la fin du monde ; un ophtalmologiste prescrit à son patient un traitement disons... radical ; une fillette arrive dans une fête foraine et, n'ayant que quelques sous en poche...


 
Si vous aimez les histoires macabres baignées d'humour noir, vous apprécierez l'atmosphère lugubre et menaçante de Ott. Rajoutez à cela un univers graphique original, inspiré et particulièrement élégant, et v
ous l'aurez compris, une fois qu'on a jeté un oeil sur le magnifique travail de cet auteur, on y retourne les yeux fermés. Comme tâtonnant dans une pièce sombre et inconnue, à la fois inquiet et excité.




73304-23-4153-6-96-8 ; Cinéma Panopticum / Thomas Ott (L'Association, 2008 & 2005)

PS : en France, L'Association a publié plusieurs livres de Thomas Ott, principalement des histoires courtes. En regardant sa bibliographie, je me suis d'ailleurs aperçu qu'il a adapté il y a quelques années la Soupe aux poulets d'Ed McBain. Un ouvrage qui doit valoir le détour mais qui est malheureusement épuisé.

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans polarabulles
commenter cet article

commentaires

Aurélilélé 02/12/2009 13:35


J'ai adoré ces livres. Je les ai lus l'année dernière et j'avoue que quand je les ai ouvert, j'étais hypnotisée. J'écarquillais les yeux et je ne lâchais plus le livre avant la dernière page. C'est
vrai, ce sont des claques, mais tellement beau graphiquement...


jeanjean 02/12/2009 19:27


ah, j'me disais aussi, c'était pas possible que je sois le seul à connaître ! Il va falloir que je me dégotte les autres d'ailleurs.


Alex 25/11/2009 12:46


J'achète !!! En plus il n'y a pas trop de texte :-)


jeanjean 25/11/2009 19:53


En fait, c'est le seul point noir. Pas le fait qu'il n'y ait pas de texte, mais du coup on lit ça très vite, 10-15 mn, pas plus. Cela dit, c'est agréable de le
reprendre après, et d'apprécier chaque dessin.


Rechercher