Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 11:45

Chaque année, dans le cadre du festival du roman noir de Lamballe, l'association La Fureur du noir et la médiathèque de l'Ic à Pordic (qui abrite la Noiraude, un fonds spécialisé dédié aux nouvelles noires et francophones) organisent conjointement un concours de nouvelles.

De ce concours naît un livre, où sont donc rassemblés les textes des cinq lauréats "amateurs" ainsi - c'est là que c'est original - que ceux de cinq auteurs confirmés.
Thème retenu cette année : Y'a pas de sots métiers !


Y a pas de sots métiersOn y rencontre notamment un apprenti-maçon, un policier municipal, un plumitif, un gamin, un pêcheur noir, une accompagnatrice de fin de vie, enfin à sa façon...

Si les "pros" font le boulot, comme Francis Mizio - qui nous rappelle que le travail c'est pas forcément la santé, ou alors la Santé -, Joseph Incardona qui nous ramène en Louisiane au début des années 60, ou Emmanuelle Urien, dont le sens de la concision et du mot juste m'ont encore impressionné, je dois dire que ce sont les nouvelles "amateures" qui m'ont le plus emballé. Toutes d'ailleurs.


Un sommetier, ça n'existe pas, sauf dans l'histoire de Philippe Delaoutre. Y a ce type, à qui on a volé sa vie, sa femme, qu'a les vertèbres en compote et ce drôle de boulot au Pic du Midi ; surveiller la montagne et secourir les imprudents. Ou pas. L'ivresse des hauteurs, peut-être...

L'Equationniste de Jérôme Picot, un drôle de bonhomme celui-là, qui pose le monde en équations et prépare minutieusement son coup. 2 et 2 font quatre, et un flic finaud a compris. A votre avis, il va se soustraire à la Justice ?

Claque quarante
de Dom Roy, c'est la courte histoire de Vincent, qui dort dans sa bagnole toutes les nuits, toujours au même endroit, pour garder au chaud et pour 5 euros une place de stationnement pour Maresquier le financier pressé. Une chute fracassante.


La Marguerite de Annick Demouzon, qu'on appelle toujours parce qu'elle sait y faire, elle, dans ce genre de situations, et qu'a encore de bonnes jambes et qui marche volontiers pour se rendre en ville, faire un tour au cimetière, s'offrir quelques gourmandises, et aider son prochain...

L'odeur de cuir de Cyrille Aubry, c'est celle des gants de boxe que frotte et cire le gamin dans sa salle de boxe, entre un père alcoolo, un boxeur trop fier et cette fabuleuse fille qui lui donne des bonbons en échange de quelques services bien innocents.



Aucun doute, l'édition 2010 est réussie - homogène aussi. On sent que les auteurs bénéficient d'une grande liberté malgré le thème imposé, et qu'ils ont mis du coeur à l'ouvrage. Et puis on découvre aussi de nouvelles plumes, d'autant plus prometteuses quand on connaît le toujours délicat exercice de la nouvelle, qui n'admet pas l'à-peu-près et exige de cent fois sur le métier remettre son ouvrage...



Y'a pas de sots métiers ! / nouvelles de Cyrille Aubry, Michel Chevron, Philippe Delaoutre, Annick Demouzon, Pascale Fonteneau, Joseph Incardona, Francis Mizio, Dom Roy et Emmanuelle Urien ; coordonné par Frédéric Prilleux (Terre de Brume, Granit noir, 2010)

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans france
commenter cet article

commentaires

alain 30/11/2010 21:42


Merci pour ce beau billet.


jeanjean 30/11/2010 22:58



Salut Alain,
et beau boulot.



annick.demouzon 29/11/2010 19:24


Et bien c'est sympa de dire du bien de nos nouvelles. Je ne peux pas en rajouter, mais j'ai envoyé le lien à mes "complices" du recueil... Vaut mieux entendre-lire du bien que du mal!


jeanjean 29/11/2010 20:59



J'imagine... Bonne chance pour la suite.



Paul Maugendre 27/11/2010 19:55


Mon cher Francis
Crois-tu que nous, blogeurs sur"bookés" ayons le temps de jouer à Super Mario alors qu'il y a tant de livres à déguster et à chroniquer, pour le plus grand bien des auteurs, et des lecteurs ?
Amitiés et à bientôt


jeanjean 27/11/2010 20:54



Je souscris complètement à ce qui vient d'être dit. Nous causer de Super Mario alors qu'on est au taquet et que des dizaines, des centaines de milliers de lecteurs
scrutent nos blogs nuit et jour ! C'est un monde, ça,..



Mizio 27/11/2010 19:13


Aaaargh... Je crains que personne ne voit que j'ai appliqué les règles du travail en les déclinant dans l'univers de Super Mario...
Sinon pour le reste d'accord. Très bonne cuvée...


jeanjean 27/11/2010 20:50



Ah, d'où le titre... Désolé, j'y ai vu que du feu, mais j'ai jamais eu de Nintendo (snif) et d'ailleurs, comme le dit Paul plus bas, tu crois vraiment qu'on a le
temps, non mais ?! Et maintenant, je comprends mieux pourquoi tu veux plus prendre le temps d'aller sur les salons, c'est pour passer enfin le niveau 5, hein ?! ^^



cynic63 27/11/2010 19:09


J'adore l'aspect suranné de ta dernière formule...Enfin, bref...Ceci dit, je disais exactement la même chose que toi sur Mystère et jazz: ce sont les amateurs qui s'en sortent bien mieux et qui ont
composé les textes les plus aboutis


jeanjean 27/11/2010 20:45



Bien d'accord avec toi, mais je rajouterais quand même la nouvelle d'E. Urien ; chaque mot à sa place, chaque mot sons sens, ça m'épate. @+



Rechercher