Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 22:05

undefined1976. Wilton Cooper, un truand noir débarquant de Miami, est en train de regarder L’Exécuteur noir, un film culte de la Blaxploitation, quand il entend plusieurs coups de feu dans la baraque du projectionniste, parfaitement synchronisés avec ceux de la scène finale. Bobby Roy Clagget,  un jeune blanc complètement cinglé qui se prend pour un noir et sapé comme un sapin de noël, vient de descendre son patron, qui « n’arrêtait pas de lui sourire » (!). Le môme plait bien à Wilton et voilà la fine équipe partie pour Washington où ils vont causer pas mal d'ennuis...


Lors d’une « réunion d’affaires » avec des truands locaux, débarquent un peu par hasard Marcus Clay, un noir, vétéran du Vietnam, et son ami blanc Dimitri Karras, un petit dealer. L’ambiance ne tarde pas à dégénèrer et Marcus, après avoir un peu astiqué Clagget, a le (mauvais) réflexe d'embarquer un paquet de fric qui ne lui appartient pas. 
Wilton Cooper veut récupérer son fric et se lance à la poursuite de Marcus. Les innocents vont trinquer...

Beaucoup d’action dans ce polar rythmé, sur fond de soul music, de funk, de fusillades et dans les volutes de marijuana. 
S'il repose essentiellement sur la confrontation entre les paires antagonistes Cooper-Clagget et Clay-Karras, ce roman a bien d'autres qualités, parmi lesquelles l'omniprésence de la musique (Pelecanos a l'habitude d'émailler ses récits de références musicales), une galerie de personnages secondaires particulièrement bien croqués et le style, concis, détaillé de Pelecanos, toujours au service d'une veine réaliste qui fait office d'étude sociale.

James Ellroy et Los Angeles, Gonzalez Ledesma et Barcelone ou Andrea Pinketts et Milan… Certains écrivains dépeignent presque exclusivement leur ville. C’est aussi le cas pour Georges Pelecanos, dont l’œuvre est toute entière consacrée à sa ville natale, Washington, dont elle est une véritable radiographie (principalement de la communauté noire et des tensions raciales), des années 20 (Un nommé Peter Karras) jusqu’à nos jours (Drama city). 

King Suckerman
se poursuit avec Suave comme l’éternité et Funky guns, dans lesquels on retrouve Marcus Clay et Dimitri Karras. Un triptyque autour de la capitale américaine, du milieu des années 70 jusqu’aux années 90.


King Suckerman / George Pelecanos (King Suckerman, trad. de l'américain par Frédérique Pressmann. L'Olivier, 1999, rééd. Points Seuil, 2001)

Repost 0
Published by jeanjean - dans amérique du nord
commenter cet article
6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 22:32
Le Vautour a été écrit à la fin des années 60 par un jeune homme de 19 ans, chose incroyable au vu de la maîtrise dont fait preuve l’auteur tout au long d’un récit admirablement construit. Publié en 1970 chez un petit éditeur, il fut aussitôt oublié, avant que le bouche à oreille et la formidable carrière musicale de Gil Scott-Héron ne l’extirpent de l’oubli.
En France, c’est Samuel Blumenfeld, directeur de la fameuse collection Soul Fiction chez L’Olivier, qui le publie en 1998. Le Vautour est ensuite réédité en poche, d’abord dans la Petite bibliothèque de l’Olivier puis cet automne dans la collection Roman noir chez Points Seuil. 


Levautour1.jpgHarlem, 12 juillet 1969. John Lee, un petit dealer noir de 18 ans, est retrouvé assassiné. Comment a-t-il vécu et qui l’a tué ?
Pour élucider les circonstances de sa mort, l'auteur donne la parole à quatre hommes.  Tous ont bien connu la victime et racontent tour à tour ce qu'ils ont  vu et fait dans les mois précédant la mort de John : il y a Spade, le "patron" du quartier, Junior Jones, un chef de bande qui rêve de devenir le nouveau boss de la rue et d’accéder ainsi à la respectabilité, Tommy Hall, un militant du mouvement Bambu qui "rééduque" ses frères noirs en leur inculquant l’histoire de leur peuple, et enfin le dénommé Q.I., l’intello du quartier, qui ne parle qu'en "citations"...

Leurs récits vont peu à peu démêler le fil de l'intrigue et révéler l'identité de l'assassin, en même temps qu'ils évoquent la vie du quartier et de ses habitants, complètement déshérités et livrés à eux-mêmes, frappés de plein fouet par le fléau alors grandissant de la drogue.
Quelques intermèdes ponctuent les quatre récits, où l’on suit le sinueux déroulement de l’enquête policière.


Le Vautour
est un magnifique et terrible portrait de la rue new-yorkaise et des quartiers noirs à la fin des années 60. Un témoignage lucide, remarquablement écrit et d'une valeur presque sociologique.


Gil Scott-Héron a aussi publié quelques recueils de poésies mais est surtout connu comme musicien. Avec une vingtaine d'albums à son actif, mâtinés de soul, de rap, de funk, il est aujourd'hui une figure majeure de la scène musicale américaine. 


Vous pouvez aussi aller voir le site (en français) qui lui est consacré.


Le vautour / Gil Scott-Héron (Soul Fiction, 1998, rééd. Points roman noir, 2007)

Repost 0
Published by jeanjean - dans amérique du nord
commenter cet article
31 décembre 2007 1 31 /12 /décembre /2007 17:02
Beaucoup d'articles ont déjà été consacrés ici et là à la seconde édition du Dictionnaire des littératures policières, publié sous la direction de Claude Mesplède. Pas grand chose à ajouter donc au concert de louanges largement méritées... 

undefinedJe faisais partie des malchanceux-imprévoyants-frustrés de la première édition, épuisée au bout de trois semaines. Cette fois pas de problème, le Dilipo était sous le sapin. Les éditions Joseph K. ont semble t-il anticipé le succès et prévu un tirage conséquent. 
Ca fait plaisir en tout cas de voir dans les librairies ces deux tours parallèles de Dilipo qui s'élèvent du sol jusqu'à la taille... Puisqu'il s'agit bel et bien d'un événement éditorial.
undefined
On ne se lasse pas de feuilleter les deux volumes aux proportions généreuses, butinant au hasard  ou filant directement à l'article recherché... 
Et on y trouve TOUT : les auteurs bien-sûr, des illustres jusqu'aux plus confidentiels, les écoles, les collections, des thèmes associés - le gangster, la boxe, le scoutisme (!) -, les revues & fanzines consacrés au genre, les prix...

Un livre hors-normes, auquel ont contribués quelques 120 collaborateurs, et dont la particularité, comme le rappelle François Guérif dans sa préface, "est son évidente nécessité". Il faut bien dire que les ouvrages de référence sur le polar ne sont pas légion, et sont bien loin d'approcher ce degré d'exhaustivité, de richesse, de pertinence...

Bref, un ouvrage absolument indispensable à tout amateur.


Et pour finir, BONNE ANNEE A TOU(TE)S !


Dictionnaire des littératures policières / sous la dir. de Claude Mesplède (Joseph K., 2007)
Repost 0
Published by jeanjean - dans monde du polar
commenter cet article
22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 14:44

Roger Grenier a écrit de nombreux romans, nouvelles, essais, dont un sur Camus notamment. Son dernier livre paru, Instantanés, retrace en 25 portraits les rencontres qu’il a faites au cours de sa vie, parmi lesquelles Queneau, Romain Gary, Cortazar et … James Hadley Chase (de son vrai nom René Raymond), à propos duquel il raconte :

 
« (…) A vingt ans, il devient responsable d’une chaîne de librairies de location. Il sélectionne. Il lit des milliers de livres. Il observe les clients. Il constate le succès des romans policiers tough. C’est ainsi qu’il finit par se dire : « pourquoi pas moi ? ». Equipé d’une machine, de papier bleu et d’un dictionnaire d’argot, il commença à écrire Pas d’orchidées pour miss Blandish.
Cet homme méthodique n’a rien laissé au hasard. Je lui ai demandé :
chaseportrait.jpg« Pourquoi ce pseudonyme, James Hadley Chase ? 
- J’ai longtemps observé les clients des librairies. Ils regardent les rayons, rangés par ordre alphabétique. Ils passent devant le A, hésitent devant le B et commencent à sortir des livres à C. Il fallait donc que mon nom commençât par C. Jusqu’à G, c’est bon. Après, ils sont fatigués. »
James Hadley est venu compléter Chase.
« C’était la mode des noms en trois morceaux. »
- Mais vous avez signé aussi des livres Raymond Marshall et Ambrose Grant.
- C’était la guerre. Chaque auteur n’avait droit qu’à une attribution de papier limitée. Avec trois noms, je pouvais publier trois fois plus. »
 

…Et Chase fut particulièrement productif, avec environ 90 romans à son actif !
 
Anecdote savoureuse d’une époque où les romanciers français, de leur côté, étaient presque contraints de publier sous pseudo américain, avec la vague du hard-boiled qui déboulait sur les côtes françaises juste après celle des Alliés.
Enfin, prendre un pseudo américain alors qu’on est anglais avec un nom à consonance française, là ça devient franchement cocasse !
 
Les romans de Chase sont toujours très détaillés (le nom d’une rue ou d’un bar dans telle avenue américaine…), ce qui a longtemps fait croire à ses lecteurs qu’il était américain ou, tout du moins, qu’il s’y rendait régulièrement. Hors il n’y a jamais mis les pieds ! Son truc c’était plutôt les annuaires… D’ailleurs :
 
« Parlez-lui de l’Amérique. Sous sa moustache se dessine une moue de dégoût.
- Je n’aime que les vieilles églises, la campagne, les concerts. Je ne vois pas ce que l’Amérique pourrait m’apporter. »
 
 
A noter que plusieurs romans de Chase ont été réédités cette année en Folio Policier, ainsi on peut (re)lire Pas d’orchidée…, Eva, Méfiez-vous, fillettes ! ou La Chair de l’orchidée dans une nouvelle édition. Un p’tit rafraichissement qui pouvait pas faire de mal après presque dix ans de traversée du désert éditorial…


Si vous avez un peu de temps (et ça vaut vraiment le coup, rien que pour le décor...), je vous invite à regarder cet extrait, datant de 1972, où le cinéaste Jean-Pierre Melville (Le Deuxième souffle, L'Armée des ombres...) évoque l’univers de J.H. Chase.

Enfin, vous pouvez aller jeter un oeil sur ce site, par un fan(atique) de l'écrivain.
Repost 0
Published by jeanjean - dans polarenvrac...
commenter cet article
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 22:59
Une claque, ce bouquin.
 
Goines.jpgChester Hines (!) est noir et a un casier. Suite à un banal contrôle de police, il est arrêté pour port d’arme prohibé et envoyé directement en cellule de dépôt, en attendant son procès. Là, il se lie d’amitié avec Willy (ou Kenyatta, personnage qu’on retrouvera dans d’autres romans) et Tony, un jeune blanc pas impressionnable pour deux sous.
C’est leur vie quotidienne dans cet enfer que nous suivons au fil du récit, sous la plume incisive de Goines. 

Dans un style direct, cru et sans fioritures, Goines décrit la surpopulation carcérale, la violence omniprésente (et le plus souvent dirigée contre les « blanchots »), les viols, les conditions d’hygiène déplorables, le manque d’intimité, les vols, l'ennui de ces longues journées seulement rythmées par les repas ou la livraison des clopes et des confiseries… 
Il nous donne à voir un univers - une arène - très codifié, basé sur les principes de l'affrontement et de l'honneur, où règne un climat sans cesse menaçant, où une parole mal placée peut s'avérer funeste, où il faut savoir s'imposer pour sauvegarder sa nourriture, son argent, sa couchette... Car le faible finit vite micheton ou quémande les miettes... On se jauge, se défie, s'intimide, se tabasse... Sous l'oeil trop peu vigilant des matons.


Une peinture au couteau, où l'auteur brosse à grands traits un réquisitoire violent contre le système judiciaire et pénitentiaire américain, l’instrument ultime de la discrimination sociale et raciale – cela va souvent de pair, en particulier aux Etats-Unis dans les années 60-70.
 

Chester Himes fut le modèle littéraire de Goines. Si Justice Blanche, misère noire ne possède pas l’ampleur ni les qualités littéraires du Hier te fera pleurer (autrement édité sous le titre Qu’on lui jette la première pierre) traitant du même sujet, il y gagne peut-être en percussion et en force.
  
À l’instar de Chester Himes, Edward Bunker ou Iceberg Slim, Donald Goines a bien connu la prison, où il découvrit la littérature et commença à écrire.
Né en 1936, il a grandi dans le ghetto de Détroit. Sa dépendance à la drogue le pousse vers la délinquance et il est condamné dès l’âge de 18 ans pour attaque à main armée ; à sa sortie, il se « reconvertit » comme proxénète... Il est abattu avec sa femme en 1974.

Avec une quinzaine de romans, où sont évoqués le crime, la prison, la prostitution, le racisme, Donald Goines a
dressé un véritable inventaire de la vie dans le ghetto durant les années 1960-70.


Les prisons américaines sont occupées à 44% par des noirs quand cette population représente 12% de la population américaine (Statistical abstract of the United States, 2000).
Plus généralement, la population carcérale a augmenté de 300% entre 1981 et 2001. Aujourd'hui (
chiffres 2006), le taux d'incarcération américain est le plus fort au monde, avec 645 détenus pour 100.000 habitants (environ 100 pour 100.000 en France). Ainsi, les Etats-Unis, qui représentent 5% de la population mondiale, concentrent 25% des prisonniers de la planète...



Justice blanche, misère noire / Donald Goines (trad. de l'américain par Alexandre Ferragut. Gallimard, Série noire, 2001)

Repost 0
Published by jeanjean - dans amérique du nord
commenter cet article
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 22:52

Paru pour la première fois en France en 1985, La Loi de la cité était épuisé depuis belle lurette, malgré deux rééditions. Une bonne chose donc que la parution de ce très bon cru d'Elmore Léonard dans la (toujours excellente) collection Rivages-Noir.


LoidelaCit--.jpgUn petit mot sur l'auteur, pour ceux qui ne connaitraient pas ce formidable conteur : Elmore Léonard est né en 1927 à La Nouvelle-Orléans et a commencé sa carrière en écrivant des westerns et comme scénariste. En 1966, la Fox lui achète les droits de Hombre, ce qui lui permet de se consacrer exclusivement à l'écriture ; le marché du western se rétrécissant, Léonard s'oriente alors vers le polar.

Plusieurs de ses romans ont été portés à l'écran, parmi lesquels Valdez est arrivé, 3h10 pour Yuma, Punch Créole (qui donnera Jackie Brown) ou encore Loin des yeux, adapté par Steven Soderbergh sous le titre Hors d'atteinte


The Motor city 
:

La Loi de la cité, comme beaucoup de ses romans, a pour cadre la ville de Détroit, où il vit aujourd'hui. 
Détroit a connu un boom économique durant la première moitié du XXème siècle grâce au commerce portuaire et à l'industrie automobile (Général Motors, Ford, Chrysler) avant d'amorcer son déclin économique et démographique, pour être aujourd'hui l'une des villes les plus pauvres des Etats-Unis, un quart des habitants vivant sous le seuil de pauvreté, un taux 2 fois plus élevé que la moyenne nationale ; sa population est très majoritairement composée de Noirs, arrivés en ville dès les années 20 pour travailler dans l'industrie. Les tensions raciales n'ont pas tardé à émerger, et Détroit possède le triste privilège d'avoir connu, en 1967, les émeutes les plus sanglantes de l'histoire des Etats-Unis, avec plusieurs dizaines de morts et milliers de blessés. 
Détroit a aussi une grande tradition musicale : berceau des mouvements punk et techno, elle abrite aussi le fameux label Motown, consacré à la Soul music, et a vu débuter Diana Ross, Marvin Gaye ou encore Stevie Wonder.
Autant de caractéristiques que l'on retrouve dans l'oeuvre de Léonard et notamment dans La Loi de la cité, où l'auteur évoque les friches industrielles,  les questions raciales, sur fond de Donna Summer...



"L'un de nous est de trop dans cette ville, cow-boy..."
, voilà qui pourrait résumer ce roman mené tambour battant et centré sur les deux personnages du flic persévérant et du truand à tendance psychopathe. Et  l'on se doute que le récit va se terminer par un règlement de compte à l'ancienne plutôt que dans une salle de tribunal.
Clément dit "le Sauvage" est une véritable brute, qui vit d'escroqueries et n'hésite pas à tuer, activité qui semble même lui procurer un certain plaisir. Au cours d'une altercation banale, il tue un homme qui s'avère être le Juge Guy, personnage douteux dont la mort n'émeut personne mais dont la fonction oblige à un certain zèle de la part des policiers dans l'élucidation du crime... Ce qui ne tarde pas, puisque le coupable est arrêté quelques heures plus tard, mais relaché par manque de preuves et notamment par l'absence d'arme à feu. Clément n'est pas inconnu des services de police, il a été impliqué dans un triple homicide quelques années plus tôt mais a obtenu un non-lieu en profitant d'une erreur de procédure. Ce qui a le don de frustrer encore plus le lieutenant Cruz, qui se met à envisager des mesures radicales pour stopper Clément. 

Le roman fait la part belle à l'affrontement entre les deux hommes et au personnage du lieutenant Cruz, un dur-à-cuire de la vieille école qui, par son obstination à vouloir punir le crime et son "jusqu'au-boutisme", n'est pas sans rappeler le personnage de Lloyd Hopkins crée par Ellroy (voir la Trilogie Lloyd Hopkins chez Rivages) - en moins impulsif cependant.


Léonard transpose dans la grande ville contemporaine les éléments du western, du shériff et du hors-la-loi, dans un polar particulièrement efficace, entre roman noir et police procedural, avec un art du dialogue consommé, une force d'évocation impressionnante et une écriture très "cinématographique" ; et l'on comprend pourquoi Hollywood se rue sur ses romans, comme tous les amateurs de bon polars...

 


La loi de la cité / Elmore Léonard (trad. de l'américain par Fabienne Duvigneau. Rivages/Noir, 2007)

Repost 0
Published by jeanjean - dans amérique du nord
commenter cet article
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 15:34

Enrique Serna est né à Mexico en 1959 et a déjà publié en France Amours d'occasion, un recueil de nouvelles explorant les thèmes du désir, de la frustation, de l'accomplissement de soi...
Thèmes omniprésents dans La Peur des bêtes, à travers le prisme cette fois d'une enquête policière.


Serna.jpgEvaristo Reyes, ex-journaliste idéaliste et désormais  employé à la police judiciaire de Mexico, est un homme usé, qui a perdu ses rêves de jeunesse en même temps que l'estime de soi. S'il n'a pas de sang sur les mains comme son supérieur, le commissaire Maytorena, archétype du flic violent et corrompu jusqu'à la moëlle, il n'est pas moins complice de ses combines et s'enfonce dans la pourriture et le remord. 

Chargé d'enquêter sur un écrivain contestataire, il est bientôt suspecté de sa mort, étant le dernier à l'avoir vu vivant. Pour débusquer le véritable assassin, Evaristo fréquente les milieux littéraires et intellectuels de la ville, où se nichent aussi bien les rancunes et les jalousies tenaces que les manoeuvres les plus abjectes et les plus sournoises. Quand l'infamie prend le masque de la vertu... 
Au fil de son enquête, il se libère de l'emprise de Maytorena et retrouve peu à peu sa fierté et son honneur.


Si La Peur des bêtes dresse un tableau féroce d'une société mexicaine fataliste et complexée, gangrénée par la corruption qui s'étend peu à peu tel un cancer généralisé, Enrique Serna fait aussi un éloge chaleureux - mais sans naiveté - de sa patrie quand il souligne les difficultés que traverse son peuple et les soubresauts, souvent sanglants, de la démocratie et du progrès.

Une belle découverte et un auteur à suivre.


La peur des bêtes
/ Enrique Serna (trad. de l'espagnol (Mexique) par François Gaudry. Phébus, Rayon noir, 2006 ; rééd. Points roman noir, 2007)

Repost 0
Published by jeanjean - dans amérique latine
commenter cet article
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 15:05

Le Seuil inaugure une nouvelle collection poche intitulée Roman noir, pas très original comme titre me direz-vous, mais ça a le mérite d'être clair, d'autant plus que les huit romans déjà publiés - ou en passe de l'être - sont effectivement d'authentiques romans noirs. 
Bon, il s'agit de rééditions, dans le même principe que Points Seuil Policier, mais c'est l'occasion de (re)découvrir certains auteurs comme Clarence Cooper, Gil Scott-Héron (publiés pour la première fois dans la magnifique - et éphémère - collection Soul Fiction, dédiée au pendant littéraire de la "Blaxploitation", cinéma noir américain des années 70 dont les thèmes récurrents étaient - mais c'est réducteur - le sexe, la violence, le guetto...), ou encore Guillermo Arriaga  ou
Enrique Serna...(je vous parle bientôt de ces deux-là)

Personnellement, j'aime bien la maquette, épurée, avec ce fondu au noir et ces photos N&B. Pas vous ?


BadCityBlues.jpgPaperboy.jpgLe-Vautour.jpgJoncquet.jpg

Repost 0
Published by jeanjean - dans monde du polar
commenter cet article
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 16:26

Après Ile Noire et L’Ame à l’épaule (chez le même éditeur, Métailié, qui a la bonne idée de mettre en ligne les premiers chapitres), voici le troisième volet des « aventures » de  Salvo Riccobono, inspecteur anti-mafia à Palerme, amateur de rugby et de littérature, trois traits que partage justement son géniteur, Piergiorgio Di Cara.


Salvo, menacé par la mafia, est muté en Calabre, au sein d’un commissariat routinier où il découvre avec surprise qu’aucune enquête en cours ne concerne la ‘Ndrangheta, la mafia locale, et que ses collègues se cantonnent aux affaires mineures – petits trafics, braquages… Une enquête anodine va pourtant les confronter à la puissante organisation.
Di Cara connait bien son sujet ; il décortique les arcanes de l’enquête policière, la vie quotidienne et l’atmosphère d’un commissariat, les différences structurelles entre Cosa Nostra et la ‘Ndrangheta… Ses observations, ses descriptions donnent à son récit une sorte d’hyper-réalisme.

Mais le plus intéressant dans ce roman est sûrement la figure de l’inspecteur. Non, ce n’est pas le super-héros sans peurs et sans reproches, prêt à affronter le danger menton haut et poitrine offerte. Notre homme est à la dérive, hanté par l’attentat dont il fut victime, trouvant un réconfort passager dans l’alcool ou le sexe éphémère. Il tente de se soustraire à lui-même. Et sa détermination, son courage, son indignation devant la corruption et la violence n’ont d’égal que sa peur, latente, et sa fragilité.
Vous en connaissez beaucoup des polars, où le « héros » chie de trouille avant une intervention ?
Pour finir, on aurait aimé un polar un peu plus dense, avec peut-être moins d’envolées lyriques (le début du roman est un peu verbeux à mon goût), mais Verre froid n’en est pas moins un très bon polar, bien construit et qui dévoile crûment la réalité mafieuse, impitoyable, hyper-violente, cruelle, débarrassée de ses habituels atours romantiques.


Verre froid
/
Piergiorgio Di Cara (trad. de l'italien par Serge Quadruppani. Métailié Noir, 2007)
Repost 0
Published by jeanjean - dans italie
commenter cet article
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 17:52
 « Ce livre est né de mon désir d’aller aux Etats-Unis, et mon désir d’aller aux Etats-Unis de ceux-là mêmes qui sont le sujet de ce livre : les auteurs de romans noirs. Ils sont à mes yeux les chroniqueurs les plus pénétrants de l’Amérique d’aujourd’hui, mais demeurent néanmoins soigneusement ignorés ou traités avec condescendance par les arbitres du bon goût en littérature – non seulement dans la patricienne Angleterre, mais également dans leur propre pays ».


badlands3.jpgVoici les premières phrases de ce formidable bouquin, une relation de voyage par l’anglais John Williams au début des années 90 (non, Badlands n’a rien perdu de son actualité et de son intérêt…).
Ecrit à la première personne, dans un style direct, alerte, imagé, ce livre nous embarque ni une ni deux dans un périple de 300 pages à la rencontre des grands noms du roman noir, de la Floride de Charles Willeford au New York de Nick Tosches en passant par la Californie de James Ellroy ou le Montana de James Crumley.


Décrivant une grande boucle au départ de Miami, John Williams parcourt d’abord le Sud – la Louisiane et le Nouveau-Mexique – avant de rejoindre la côte Est – Los Angeles, San Francisco -, remonte ensuite vers le Montana et Chicago pour finir par New York en faisant une halte à Détroit ainsi qu’à Boston. Au gré des déplacements et des rencontres de l’auteur, nous croiserons notamment Tony Hillerman, James Lee Burke, Elmore Léonard, Eugène Izzi ou Sara Paretsky qui évoquent leur parcours, la façon dont ils appréhendent leur métier, dont ils organisent leurs intrigues et construisent leurs personnages ; ils évoquent leur propre histoire, celle de leur quartier, comme autant de sources d’inspiration… « Ecrire sur ce que l’on connait le mieux » est une maxime qui revient souvent, quand d’autres effectuent un gros travail de recherche (on apprend par exemple qu’Elmore Léonard  a embauché un documentaliste à mi-temps qui collecte pour lui tout un tas d’informations qui sert de matière à ses romans). 

Au gré des rencontres, des anecdotes (savoureuses ou glauques, c’est selon) et des discussions avec les écrivains, le livre brosse un portrait contrasté de l’Amérique, où la misère côtoie l’opulence, où les questions raciales occupent une place d’importance dans les remous de la société américaine, minée par le racisme, la corruption, la violence… Et le rêve américain en prend un sacré coup...
Si vous connaissez déjà les auteurs mentionnés, vous aurez plaisir à les retrouver dans leur environnement ; s’ils vous sont inconnus, voilà une chouette façon de les découvrir et nul doute qu'après ce livre refermé, vous vous précipiterez sur leurs histoires.

Un mot sur l’auteur : après la rédaction de ce fameux livre, John Williams s’est lui-même lancé (avec brio) dans l’écriture de polars avec une trilogie consacrée à la ville de Cardiff : Cinq pubs, deux bars et une boite de nuit, suivi de Cardiff dead et du Prince de Galles.
Bon voyage !


Badlands
/ John Williams (Badlands, trad. de l'américain par Olivier Schwengler. Rivages, Ecrits noirs, 1994)

Repost 0
Published by jeanjean - dans monde du polar
commenter cet article

Rechercher