Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 14:05
Lansdale m’a été conseillé par Bernard Blanc, son… traducteur en France. Je l’en remercie encore une fois, surtout après la lecture des Marécages, un vrai petit chef-d’œuvre !
 
Harry Crane est aujourd’hui un vieil homme au seuil de la mort. Il se remémore les événements qui ont marqué son enfance.

« Je suppose que certains avaient de l’argent à l’époque, mais pas nous. C’était la Grande Dépression. Et de toute façon, si on en avait eu, il n’y avait vraiment pas grand-chose à acheter, ces années-là, à part des cochons, des poulets, des légumes et des denrées de base ; et puisqu’on produisait les trois premiers, c’étaient celles-là qui nous intéressaient, et parfois on faisait du troc pour se les procurer ».
 
mar-cages.jpgSi la vie est rude dans ce coin reculé de l’East Texas, Harry, du haut de ses treize ans, est un jeune garçon insouciant, qui partage son temps entre les corvées de la ferme et les jeux, en compagnie de sa jeune sœur Tom.
Par hasard, ils vont découvrir dans la forêt le cadavre d’une femme noire, atrocement mutilée et enroulée dans du fil barbelé. C’est leur père, faisant office de constable (un représentant local de la loi) qui va mener l’enquête, rencontrant les pires difficultés face aux préjugés et à la bêtise de la communauté blanche qui voit en lui un «copain des nègres». Si les meurtres de noires n’émeuvent pas grand-monde, la colère des hommes du Ku Klux Klan va se déchainer lorsqu’on va retrouver le cadavre d’une blanche… Le Klan, à cette époque et dans le sud des Etats-Unis, est encore une puissante organisation ; quelques années plus tôt, en 1925, elle fut à son apogée avec… cinq millions de membres.

Qui assassine ces femmes ? Un « ambulant » ? Un de ceux qui traversent le pays dans des trains de marchandises ? Ou peut-être bien l’Homme-Chèvre, une créature maléfique vivant dans les bois, dont on raconte qu’il vole des animaux et des enfants ?
 

Harry, fasciné par cette affaire, va devoir affronter sa propre peur ainsi que le tueur, dans un final particulièrement angoissant qui n’est pas sans rappeler la Nuit du chasseur.
On pense aussi à Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur (Harper Lee) pour l’évocation de l’enfance dans un coin paumé et pauvre du Sud profond, aux photographies de la Grande Dépression prises par Dorothea Lange. A la voix éraillée de Billie Holiday chantant Strange Fruit, dans cette Amérique qui pend et brûle « ses nègres », avant de les photographier pour illustrer des cartes postales…
 
Lansdale a écrit à la fois un roman d’initiation, à travers le personnage d’Harry, confronté à des événements dramatiques qui vont contribuer à faire de lui un homme, et un thriller efficace, dominé par la figure du tueur en série, dont l’auteur joue astucieusement en en faisant une espèce de croquemitaine de conte pour enfants.

Ajoutons à cela la puissante évocation d’une époque, marquée par la Grande Dépression, et d'un lieu, cette région inhospitalière du Texas, recouverte de forêts menaçantes, empreinte de superstitions, où dominent les tensions raciales et l’omniprésence du Klan.
 
 
Du coup, je me suis précipité sur Du sang dans la sciure, qui vient de paraitre.

sangdanslasciure.jpgMême endroit, même époque. Années 30 dans l’East Texas. Et ça commence très fort : alors qu’un ouragan dévaste sa maison et toutes choses alentour, Sunset, en train de subir une énième dérouillée, abat son mari d’une balle en pleine tête. Pete était le constable et, grâce à l’appui inattendu de sa belle-mère, Sunset va récupérer son insigne.Une bonne femme qui joue au shérif, on ne voit pas ça d’un bon œil à la scierie voisine, où travaillent la plupart des hommes du coin.
Sunset, en butte à l’animosité et au machisme des locaux, est bientôt confrontée à un double meurtre. Accompagnée de deux adjoints, Clyde, un brave type mal dégrossi, et Hillbilly, belle gueule et du charme à revendre, elle tente tant bien que mal de démêler les fils d’une énigme plus compliquée qu’il n’y parait.
Lansdale excelle toujours dans la reconstitution d’une époque, dans la construction d’une intrigue, et nous offre un beau portrait de femme indépendante, libre, dont la force de caractère viendra à bout des obstacles.

Si Du sang dans la sciure ne possède pas la densité, l’intensité ni le charme des Marécages, il n’en demeure pas moins un très bon polar(-western) qui vous laissera un lancinant goût de poussière et de métal dans la bouche avec, au menu, un échantillon (frelaté) d’humanité et une paire de méchants barjots carrément flippants, le tout servi dans une chaleur étouffante.
 
Les marécages / Joe R. Lansdale (Murder Inc., 2002, rééd. Folio policier, 2006)
Du sang dans la sciure (éd. du Rocher, Thriller, 2008)

A noter aussi la réédition d'Un froid d'enfer en janvier chez Folio policier.

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjean - dans amérique du nord
commenter cet article

commentaires

Nico 16/02/2011 11:14


J'ai beaucoup aimé Les marécages, dont la restitution de l'époque est excellente. Cela dit, je suis quelque peu resté sur ma faim concernant l'intrigue policière, un peu négligée et prévisible.
C'est dommage, mais cela reste tout de même une très bonne lecture.


jeanjean 16/02/2011 13:20



ça ne m'a pas gêné, je me suis complètement laissé entrainé par l'ambiance et les personnages. Sinon, y a aussi la série Hap &
Collins, très drôle dans le genre humour scato. @+ 



jeanjean 08/11/2008 13:27

Merci pour l'info ! c'est vrai que c'est souvent préférable de les lire dans l'ordre...

patrick Barbier 08/11/2008 13:07

salut
juste un petit mot pour vous donner l'ordre des aventures de Hap et Léonard, heros recurrents de Joe Lansdale : l'arbre a bouteilles, Le mambo des deux ours, Bad chili, Tape-cul et enfin Tsunami mexicain... bonne lecture.

emmanuel 14/04/2008 22:46

salut
La série consacrée aux deux compères Hap et Léonard est pas mal non plus. C'est contemporain et très drôle, toujours au Texas. A vérifier, mais le premier est, je crois "Tape cul" (désolé je n'ai pas le titre en VO) et le dernier, sorti l'an dernier chez nous mais en 2001 aux US "Tsunami mexicain" (captains outrageous).
Bravo pour le site, à bientôt.

jeanjean 15/04/2008 22:56


Salut ! Merci pour tes précisions ; je n'ai pas lu ceux-là, mais on m'en dit le plus grand bien, alors je vais aller voir ça de plus près, en commençant par
Tape-cul, alors... à bientôt


macanto 01/04/2008 20:22

Super ce blog. Merci pour vos chroniques ça donne vraiment envie de lire les livres dont vous parlez si bien.

jeanjean 02/04/2008 11:51


Merci beaucoup ! ça fait plaisir...


Rechercher